sire-cedric

Rencontre avec Sire Cédric !

Peut-être avez-vous lu la critique littéraire de Killing79, mise en ligne il y a quelques semaines sur L’Ivre de Lire…

Celle-ci portait sur un roman de Sire Cédric : De fièvre et de sang.

Ce nom ne vous dit rien ? Et pourtant !

Sire Cédric est l’auteur de sept romans et de deux recueils de nouvelles. Flirtant aux frontières du roman fantastique et du thriller, il a su se faire remarquer de la scène littéraire française fantastique en recevant le prix Masterton pour son roman L’Enfant des cimetières et le prix Polar (festival de Cognac) pour son thriller De fièvre et de sang. En 2014, il reçoit le prix Littéraire Histoires de Romans pour son thriller fantastique, La Mort en tête.

Il fait désormais partie de ces auteurs Français de romans et nouvelles fantastiques qui n’a pas son pareil pour innover ! Chacune de ses histoires s’inscrit dans une réalité contemporaine à laquelle il juxtapose, avec brio et finesse, des éléments horrifiques… La limite entre le réel et le surnaturel devient alors poreuse, pour notre plus grand plaisir !

En octobre 2015, il a à nouveau séduit ses nombreux lecteurs en publiant, aux éditions Presses de la Cité, son dernier roman : Avec tes yeux, un thriller diaboliquement perturbant !

Si vous l’osez, je vous invite à entrer dans l’antre de Sire Cédric : un auteur à l’univers onirique ; un auteur polymorphe qui manie avec habileté les codes du thriller, du roman fantastique et du roman d’horreur !

Bon voyage 😉

* * * * * * * * * *

Sire-Cedric-photo-2014

Bonjour Sire Cédric. Peux-tu te présenter brièvement pour les lecteurs qui ne te connaîtraient pas et nous expliquer la signification de ton nom d’auteur ?

Bonjour à tous ! Je suis auteur de thrillers, sous le pseudonyme Sire Cédric, qui était tout simplement un surnom que m’avaient donné mes amis, adolescent, et que j’ai conservé comme nom de plume. Mon neuvième livre est paru il y a peu de temps aux éditions Presses de la Cité. Il s’intitule Avec tes yeux, et c’est un roman qui mélange histoire policière, mystère, ainsi qu’une bonne dose d’horreur.

Tu es, je crois, fasciné par la culture bis et de genre, par les films d’horreur et leur recherche d’esthétisme. Tout d’abord, qu’est, selon toi, la culture bis et de quelle manière y puises-tu l’inspiration ?

D’abord, une précision : j’admire les artistes qui excellent dans ce qu’ils font. Ceux qui ont tout inventé. Ceux qui restent dans l’histoire. On ne peut donc pas du tout parler de « bis », c’est même exactement le contraire ! Les écrivains qui m’ont fait tomber amoureux des livres sont les auteurs classiques, dans un premier temps, puis des écrivains contemporains très littéraires comme Stephen King, Clive Barker ou Dean Koontz. Ils font partie des auteurs les plus lus au monde. Et c’est aussi pour cela que j’ai eu accès à leurs livres, en bibliothèque, alors que je vivais au plus profond de l’Aveyron, il y a une trentaine d’années. Et puis, bien sûr, j’ai grandi en regardant des films d’horreur. C’était un âge d’or dans ce domaine, tout était en train d’être inventé. Personnellement, je ne considère pas le cinéma d’horreur comme un genre à part. Pour prendre un exemple parlant, le film qui a posé les bases du « slasher » horrifique est Psychose. Un des films les plus célèbres de l’histoire, par un des réalisateurs les plus connus et les plus influents de l’histoire, avec une musique, des scènes, les plus célèbres également ! Maintenant, pourquoi les histoires qui font peur ont-elles, toujours, eu autant de succès, depuis les récits antiques et leur imagerie très gore et surnaturelle ? Je n’ai honnêtement pas la réponse à cette question. Peut-être parce que ces histoires sont toujours les plus inventives, les plus efficaces, les plus profondes et les plus distrayantes ? En tout cas nous en redemandons tous. Moi le premier !

Tu navigues aux frontières du thriller et du fantastique, pourquoi ?

Comme je viens de le dire, j’aime les bonnes histoires. Les histoires universelles. Celles qui restent et nous hantent. Parce que, sous la surface, elles parlent de nous. De l’être humain. De nos peurs profondes et de nos tentatives pour les dompter. Il semble que le fantastique, en tant que forme d’expression très intérieure, très proche de la psychanalyse sans doute, explore notre inconscient et ses contradictions. Il permet de représenter nos émotions, nos questions existentielles, sous une forme imagée. Quant à l’aspect thriller de mes romans, il vient de mon goût pour l’évasion, le plaisir de lecture, et la recherche d’efficacité. Un thriller bien fait est une histoire qui nous pousse à tourner les pages sans pouvoir s’arrêter !

Avec-tes-yeux-PC-2015
.


Ton nouveau roman Avec tes yeux reprend les codes du slasher. Peux-tu nous éclairer sur ce concept et faire la lumière sur les exigences que cela implique en termes d’écriture ?

Le « slasher » est un type d’histoire qui remonte, pour faire simple, au roman Psychose de Robert Bloch. Il a donné lieu à toute une école au cinéma, depuis l’œuvre d’Hitchcock tirée du roman, en passant par Halloween de Carpenter, ou encore les Griffes de la nuit de Craven. Je ne vais pas énumérer toute l’histoire de ce genre, ni tous ses codes, mais disons que sa caractéristique est un rythme à la fois lent et très prenant, avec une montée constante de l’angoisse, des révélations progressives et son lot de surprises de plus en plus déstabilisantes. On retrouve généralement une héroïne virginale, qui est très souvent la dernière survivante de l’histoire. Et bien sûr des scènes de meurtres iconiques ! J’ai conçu mon roman Avec tes yeux dans ce sens. C’est l’histoire d’un jeune homme qui, à la suite d’une séance d’hypnose pour guérir ses problèmes de sommeil, se met à avoir des visions de meurtres. Du point de vue de l’écriture, c’est une mécanique très précise, et en effet plutôt exigeante à mettre en place. Je me suis attaché à soigner le scénario, l’efficacité du découpage, la mise en scène des meurtres, le dévoilement progressif des éléments du mystère. Les personnages sont également très fouillés, ils évoluent beaucoup dans le roman. Car, avant tout, cette histoire est un parcours humain pour chacun d’entre eux. Chacun à sa manière…

Tes romans sont-ils une forme d’invitation à sympathiser, le temps d’un livre, avec ceux qui sont tombés dans « l’obscurité du mal » ?

ATYcauchemars1
.

J’écris pour divertir le lecteur et lui faire passer le meilleur moment possible. Mes romans sont une invitation à oublier sa journée de travail, ses soucis, et à plonger dans une aventure palpitante, qui fait monter l’adrénaline. Si, en plus, j’arrive à donner des cauchemars au lecteur, et que certaines scènes restent imprimées dans son esprit, je suis particulièrement fier de moi !

Outre l’écriture, t’investis-tu dans d’autres formes d’expression artistique telle que l’art ou la musique ?

J’ai toujours été un fan de heavy metal, la musique fait partie de ma vie. J’ai d’ailleurs été membre de plusieurs groupes, mais c’était il y a des années maintenant. Aujourd’hui, je me consacre uniquement à l’écriture. Bien sûr,  pendant mon temps libre, je lis beaucoup, je vais au cinéma, à des expositions, j’assiste à des concerts. Il y a tant de choses à voir et à écouter, et pas assez d’une seule vie pour profiter de tout !

Je suis très attentive aux couvertures de livres. Participes-tu au choix des couvertures de tes romans ? Si oui, comment ? Quelle importance leur octroies-tu ?

Dans les grands groupes de l’édition, l’auteur n’a malheureusement pas son mot à dire sur les couvertures de ses livres. Cela dit, j’aime beaucoup les visuels que les éditions Pocket ont choisis pour les versions poche de mes romans. La couverture est le premier contact que le lecteur va avoir avec l’œuvre d’un auteur, il est important qu’elle donne envie d’ouvrir le livre, et qu’elle reflète sa « couleur ».

Quelle va être ton actualité littéraire (et artistique au sens large) dans les mois à venir ?

J’ai signé pour un deuxième roman avec les éditions Presses de la Cité.

* * * * * * * * * *

Nous remercions très chaleureusement Sire Cédric pour le temps qu’il nous a accordé.

Avec tes yeux est publié aux éditions Presses de la Cité

Avec tes yeux est disponible au format Ebook

Logo collibris

Bienvenue sur le blog de Collibris. N'hésitez pas à partager vos lectures sur l'application et les réseaux sociaux.
Bonnes lectures

Newsletter

Articles similaires

Sélection d’Halloween spéciale sorcellerie

Les mois défilent et nous sommes déjà fin octobre ! A quelques jours d’Halloween, on prépare notre pile à lire pour…

Lire plus
Interview Angélina Delcroix

Angélina Delcroix est l’auteure de Polars et a notamment été remarqué par la communauté Collibris avec ses derniers romans Ne…

Lire plus
Une nouvelle maison d’édition fait son entrée !

Une nouvelle maison d’édition fait son entrée dans le monde du livre, il s’agit de la Maison d’édition Drakkar !…

Lire plus