Le Blog Collibris

Petit renard sort de sa tanière avec Nicolas Gouny ! Une interview exclusive !

Petit Renard sort de sa tanière… Il pointe le bout de son museau et découvre un monde vaste rempli de tentations !

Mais qui est Petit Renard ?

Petit Renard est le nouveau livre de Nicolas Gouny !

Ce livre pour enfant, en feuilles découpées est publié aux Éditions Balivernes et figurez-vous qu’il sort aujourd’hui !

Pour l’occasion, nous sommes partis à la rencontre de son illustrateur Nicolas Gouny.

Nicolas Gouny se présente lui-même comme un touche-à-tout.

Après avoir exercé tour à tour les professions de joueur de triangle, dresseur de chats, éleveur de vaches d’appartement, éditeur pédagogique, imprimeur de soleils levants, insomniaque, employé du mois, trafiquant d’artichauts, gardien de phare, cultivateur de mésanges, testeur de yaourts, bandit des petits chemins, et j’en passe, il s’est installé dans un petit village perché sur la Creuse, avec femme, enfants, puces savantes et bagages pour se livrer à l’éthologie de la girafe et à l’illustration.

A présent, il est temps d’embarquer pour un voyage haut en couleurs, au pays de l’enfance et de la découverte !

Bon voyage !

* * * * * * * * * *

Bonjour Nicolas. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots et nous parler de votre parcours ?

Bonjour. Je suis un pur autodidacte. L’illustration est une seconde carrière. J’ai fait de longues études en lettres et en économie, puis en édition.

Ensuite j’ai travaillé une dizaine d’années comme secrétaire d’édition pour un éditeur public.

A mes heures et au gré de mes insomnies, j’ai commencé à gribouiller des petits dessins sur Photoshop puis à les montrer sur Internet, et tout est parti de là.

Un premier livre, puis un second, pour arriver à près de 70 aujourd’hui.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous livrer à plein temps à l’illustration jeunesse ?

En 2008, pour des raisons familiales, éthiques, personnelles, existentielles, etc. ma famille et moi nous sommes installés en Limousin, au milieu du bocage creusois.

J’ai lâché mon travail pour faire le pari de vivre de ce métier et de m’y consacrer à plein temps.

Mission accomplie, aujourd’hui c’est mon unique occupation.

Quels livres pour enfants ont marqué votre jeunesse ? Pourquoi ?

Quand j’étais petit, dans les années 70 et 80, il n’y avait pas une telle offre qu’aujourd’hui.

Du coup j’ai peu de souvenir d’albums. Max et les Maximonstres, bien sûr, comme toutes les personnes de ma génération.

Sinon, je suis passé assez tôt au roman, avec les classiques, London, Verne…

Votre nouveau livre jeunesse « Petit Renard » sort aujourd’hui, mercredi 10 mai. Que pouvez-vous nous en dire ?

Je suis très fier que ce projet ait pu aboutir, car je le portais depuis plusieurs années, depuis un automne où, en revenant d’un arboretum de la région, nous avons les enfants et moi, commencé à coller des feuilles et esquisser l’histoire de Petit Renard.

Puis le temps a passé, et je n’avais pas l’envie, le temps, le courage, l’inspiration pour revenir dessus. Jusqu’à l’été dernier où j’ai respiré un grand coup et m’y suis mis sans relâche.

Quelles techniques, supports et matières utilisez-vous pour réaliser vos illustrations ?

Je ne travaille qu’à l’ordinateur. Petit Renard est un livre de collage de feuilles, mais il est entièrement numérique.

Les feuilles ont été scannées, découpées à la palette. C’est de toute manière un matériau bien trop friable.

J’adore importer des éléments naturels dans mes images. Je travaille très souvent avec des fleurs, des agrumes (les arbres clémentines), voire du fromage.

PetitRenard_9

.

Ecrivez-vous les textes de vos livres ? Si tel est le cas, comment fonctionnez-vous ? L’illustration vient-elle compléter un texte d’ores et déjà défini ou sont-ce les images qui induisent les textes ?

Je suis essentiellement illustrateur mais j’ai tout de même écrit une petite dizaine de livres.

Les mots viennent souvent après l’image… en tout cas, dans mon esprit, c’est des images que je vois.

Où trouvez-vous l’inspiration ?

J’ai la chance de ne pas avoir de problème de page blanche… Je prends les choses comme elles passent sans trop me censurer et réfléchir.

Comme je vis au milieu d’un pays de cocagne, d’une nature profuse et colorée, il est certain que l’inspiration me vient d’abord de là, des arbres, des fleurs.

Je puise aussi énormément dans les discussions et les délires familiaux, ou auprès des enfants dans les classes que je visite.

Que pensez-vous de la production littéraire jeunesse actuelle ?

Je m’en suis un peu détaché depuis que mes enfants ont grandi… Je regarde un peu de loin. Je n’aime pas trop le côté « artistique », arty, d’une certaine production, j’aime les dessins plutôt sincères, directs, sans chichi.

On dit souvent que nous sommes ce que nous lisons. Et vous Nicolas, que lisez-vous ?

Je lis beaucoup de polars, je relis des classiques (en ce moment, Du côté de chez Swann), j’essaye d’entrer dans l’univers touffu de la SF, et je lis beaucoup de livres d’histoires, de sciences, et j’ai un gros faible pour la littérature de voyage, les livres sur les expéditions dans la jungle, l’Arctique, les déserts… Je suis une sorte de « voyageur immobile ».

Un mot de votre actualité 2016 : séances de dédicace ? Salons ? Expos ?

Quelques salons de prévus : le prochain dans le Sud-Ouest, à Bazas. Et surtout plusieurs nouveaux livres : la suite des aventures de Jean l’éléphant chez Frimousse, La Crotte ; un livre avec Sandrine Beau à l’automne chez Petits Bérets : Crottes de libellule (je sais je sais) et quelques autres projets plus « alimentaires ».

Dans le domaine de la papeterie, plein de chouettes nouvelles choses avec mon éditeur Correspondances. Et sinon, toujours avec mon épouse, continuer à faire fonctionner notre petite coopérative familiale de bijoux illustrés et de petits papiers, La Parenthèse enchantée.

* * * * * * * * * *

Je remercie très chaleureusement Nicolas pour sa disponibilité.

Et je vous invite très fortement à découvrir ces nombreux livres pour enfants !

Vos enfants et/ou petits-enfants les adoreront !