ticket-g87be9c756_1920

Moments frissons : des romans adaptés au cinéma et en série

tree-736877_1280
 

Chaque année, c’est la même rengaine : des livres sont portés sur grand écran ou adaptés en série, et font frissonner dans les chaumières. A Halloween ou aux alentours des fêtes de fin d’année, des maisons hantées, histoires surnaturelles, tueurs psychopathes et autres meurtres mystérieux se chargent de distiller une bonne dose d’angoisse à ceux qui ont le courage de s’y risquer.

Face à cette décharge d’hémoglobine et d’adrénaline, il y a toujours deux camps : ceux qui préfèrent se couvrir les yeux ou se détourner de l’écran, et ceux qui se réjouissent de voir leurs poils se dresser au son d’une porte qui grince, ou des bruits de pas d’un tueur qui s’approche doucement de sa proie. C’est sûr : ces histoires ont quelque chose de fascinant. On se plaît à les dévorer, alors même qu’elles nous mettent mal à l’aise. Souvent, la matière première est un livre, et dans cette catégorie, un homme règne sans commune mesure, à tel point qu’il semble être à l’origine de la moitié des ouvrages et films d’épouvante. Stephen King, auteur de plus de cent romans, nouvelles et scénarios, a vu ses œuvres être adaptées une quarantaine de fois sur écran. Lui-même, sur ses réseaux sociaux, conseille à ses lecteurs tel film ou telle série, officiant presque comme un « influenceur frissons », si tant est que le terme existe. Son influence est considérable : Mike Flanagan, l’un des nouveaux maîtres de l’horreur, et derrière les séries de la saga « The Haunting » (Netflix), a adapté un roman de Stephen King au cinéma et a avoué à de nombreuses reprises qu’il avait été biberonné à ses romans.

Logique, donc, qu’au moment de réfléchir aux films les plus réussis dans ce domaine, l’équipe du Ptit Colli ait pensé à King. Mais pour ne pas fausser la liste, et après une longue concertation, il n’a eu le droit qu’à une place, pour laisser s’exprimer d’autres auteurs et réalisateurs, tous aussi talentueux – et tout aussi terrifiants –.

Tour d’horizon de ce genre singulier, avec une petite sélection, forcément subjective et non exhaustive, de films et séries d’horreur tirés d’un roman ; à regarder la couverture remontée juste en-dessous des yeux ! Frissons garantis.

skull-1867707_1920

Shining – Stanley Kubrik (1980)

Adaptation du livre « Shining » de Stephen King (1977)

Le pitch est simple : installé dans un hôtel isolé, entouré par un paysage brumeux où les âmes sont rares, un écrivain sombre doucement dans la folie, jusqu’à menacer sa femme et son fils, lui-même traversé par des fantasmes inquiétants. De nombreuses scènes et images passées à la postérité parsèment ce film, associant un acteur au sommet de son art (Jack Nicholson) et un réalisateur de légende (Stanley Kubrik). Pour autant, et même si le long-métrage est une réussite totale, Stephen King s’est toujours inscrit en opposition au travail de Kubrik. Œuvre profondément personnelle, où l’auteur a distillé ses déboires avec ses addictions et sa peur de l’avenir, il a vivement critiqué le film à sa sortie, affirmant sans détour qu’il ne correspondait en rien à son roman. Reste que « Shining », sommet du film d’horreur, continue d’être cité comme un classique du genre, transformant d’ailleurs les portes fermées et les haches en objets mythiques

halloween-4537430_1920

Le silence des agneaux – Jonathan Demme (1991)

Adaptation du livre « Le silence des agneaux » de Thomas Harris (1988)

Le Silence des Agneaux restera à jamais associé à la performance terrifiante et pleine de tension d’Anthony Hopkins. Et à ce fameux masque, aussi, terrifiant, dévoilant des yeux fous. Mais avant ce film, le roman de Thomas Harris avait déjà fait des remous et traumatisé nombre de lecteurs. Ancien psychiatre à l’intelligence redoutable et manipulateur – et accessoirement cannibale à ses heures perdues – Hannibal va attirer une jeune agente du FBI dans ses filets et refermer un piège maléfique sur elle. Récompensé par des prix, dont celui du meilleur roman en 1988, unanimement salué par la critique, le deuxième volet des aventures d’Hannibal Lecter est passé à la postérité, et est désormais considéré comme un classique de la littérature « frissons ». Le film, lui, a connu un accueil tout aussi prestigieux, auréolé de cinq oscars. D’autres réalisateurs de films se sont emparés du personnage sorti de l’esprit de Thomas Harris, mais peu ont réussi à capturer toute sa folie autant de justesse et de charisme qu’Anthony Hopkins dans le long-métrage de Jonathan Demme.

forest-704077

The Haunting – Mike Flanagan (Netflix, 2018)

Adaptation du livre « Maison Hantée » de Shirley Jackson (1959)

En 1959, Shirley Jackson publie « La Maison Hantée », depuis considérée comme l’une de ses œuvres majeures. Le thème est bien connu : une maison sombre aux portes et aux parquets craquants, peuplée de créatures maléfiques, et habitée par des phénomènes étranges. Le décor est planté, et c’est à cet endroit, où toute âme avec un minimum de bon sens ne se risquerait pas, que se retrouvent des personnages censés tenter de comprendre ce qu’il se trame dans cette demeure échappant à toute rationalité. Adapté au cinéma peu de temps après sa sortie, c’est surtout grâce au réalisateur Mark Flanagan que « La Maison Hantée » connaît une seconde jeunesse. Sa série, diffusée sur Netflix, a été saluée pour son respect de l’œuvre originale et les terribles sensations qu’elle procure. Sombre, terrifiante comme une porte derrière laquelle se cache des fantômes, elle est également émouvante et tire profit d’acteurs au service d’une histoire bien ficelée. Premier volet d’une anthologie, « The Haunting » devrait, avec le temps, devenir un standard du genre.

nightmare-1699071_1280

L’exorciste – William Friedkin (1973)

Adaptation du livre « L’Exorciste » de William Peter Blatty (1959)

Qui n’a pas déjà vu cette scène terrifiante, où la tête d’une fillette fait un tour complet sur elle-même puis révèle des traits habités par une force obscure et barrés de cicatrices ? Écrit en 1971 par William Peter Blatty, le roman prend comme décor une ville sans histoire, où les jours passent et se ressemblent. Et c’est cette sensation de banalité qui rend le récit si terrifiant : la banlieue huppée bascule peu à peu dans la folie, alors qu’une adolescente se transforme en monstre et devient incontrôlable. Le remède ? Un psychiatre, des policiers et d’autres personnages, tous démunis face à l’horreur, vont tenter de le trouver. Sorti seulement deux après le livre, le film de William Friedkin reprend brillamment les codes du livre, et même si les images et effets spéciaux semblent parfois avoir vieillis, il reste un grand classique du cinéma d’horreur. Indémodable et aussi dérangeant qu’au premier jour.

fantasy-2847724_1920

Entretien avec un vampire – Neil Jordan (1994)

Adaptation du livre « Entretien Avec un Vampire » d’Anne Rice (Pocket)

Doté d’un casting prestigieux (Tom Cruise, Brad Pitt, Kristen Dunst, Antonio Banderas,…) et porté par une réalisation de haut-vol, « Entretien avec un vampire » sort dix-huit ans après le roman d’Anne Rice du même nom. Écrit à la suite de la disparition tragique de sa fille, et après une période sombre pour l’autrice, le livre prend comme base une nouvelle écrite quelques années auparavant. Anne Rice passe cinq semaines à retravailler son manuscrit, faisant de nombreuses recherches sur les vampires, pour enfin le proposer à des éditeurs…qui le refusent tous. Ce n’est qu’après une rencontre imprévue avec un agent littéraire que son roman voit le jour et ouvre la voie à un succès colossal en librairie, mais aussi à plusieurs adaptations en série et en films, dont celle de Neil Jordan, nominée pour deux Oscars. L’histoire d’une réussite aussi fulgurante qu’inattendue, en somme.

 

Quatre films, une série, cinq romans, la promesse de quelques heures à frissonner et, peut-être, des cauchemars – pour ça, on s’excuse sincèrement ! -… largement de quoi occuper vos soirées d’Halloween. Et pourtant, cette sélection n’est qu’une minuscule fraction de tout ce que la littérature et le cinéma d’horreur a pu proposer.

Alors, pour que chacun puisse alimenter sa pile à lire et sa liste de lecture, n’hésitez pas à nous suggérer des films et romans d’épouvante en commentaire de ce post !

Logo collibris

Bienvenue sur le blog de Collibris. N'hésitez pas à partager vos lectures sur l'application et les réseaux sociaux.
Bonnes lectures

Newsletter

Articles similaires

Concours d’Halloween

Lots du Concours Pour Halloween, l’équipe Collibris souhaite vous gâter et vous faire frissonner… Pour se faire, nous vous proposons…

Lire plus
Sélection livresque spéciale automne

Dans notre dernier challenge de lecture saisonnier nous vous proposons une catégorie sur le thème des saisons : Automne, Halloween,…

Lire plus
Sélection : livres à la couverture jaune

On quitte doucement l’été avec la dernière sélection du challenge cahier de vacances : des livres à la couverture jaune.…

Lire plus