interview SAMUELLE BARBIER

Interview Samuelle Barbier, auteure de Celles qui restent

interview samuelle barbier

Bonjour Samuelle, pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Bonjour! Je viens d’avoir trente deux ans, je suis enseignante, et je vis dans le Nord de la France avec toute ma petite famille. J’ai toujours aimé écrire, et quand l’occasion s’est présentée avec le prix du roman de l’été, je me suis dit  » Pourquoi pas ? » Et c’est ainsi que La Sirene et le Scaphandrier a vu le jour.

 

Votre premier roman La sirène et le scaphandrier a tout de suite séduit les lecteurs et vous avez remporté le Prix Télé-Loisirs. Comment avez-vous vécu cela ?

Honnêtement, avec angoisse! 🙂
Je suis une grande anxieuse, et j’avais vraiment peur de ne pas être à la hauteur et de décevoir les gens qui avaient cru en mon roman. Mais ça s’est très bien passé et ce fût une expérience formidable.

Votre second roman est sorti en 2020 : Celles qui restent. Il semble en apparence assez différent du premier. Est-ce qu’il y a des similitudes ?

Il est assez différent du premier c’est vrai. Mais je voulais quelque chose qui contrasterait avec « La Sirene. » Même si au fond le message reste le même. Aucun moment difficile ne dure toujours, même quand ça paraît être le cas. Souvent il suffit de s’accrocher, de braver la tempête et de ne pas avoir peur d’appeler à l’aide quand il le faut.
En y réfléchissant je crois que c’est un processus qui m’a toujours intéressée, la construction, la reconstruction. On dit toujours qu’un objet recollé est toujours plus fragile, je ne pense pas que ce soit vrai. Je pense qu’au contraire, parfois, il est deux fois plus fort. Les gens aussi.

Celles qui restent aborde des sujets assez durs comme le deuil et le suicide. Pourquoi avoir choisi ces thèmes ?

Le deuil, et dans ce cas précis, le deuil après un suicide, est malheureusement un passage obligé pour beaucoup d’entre nous.
Dans le film « Éternité « l’adaptation du roman d’Alice Ferney « l’élégance des veuves « , que j’ai adoré , le personnage de Gabrielle dit « Je crois que je serai détruite par le premier que j’aime qui mourra » . Je trouve que c’est assez vrai, en un sens. La première fois que l’on se trouve face à la mort d’un être aimé, qu’on y ait été préparé ou non, on se retrouve démuni. C’est ce que je voulais traiter avec ce roman.

A travers le parcours de « Celles qui restent » vous parvenez tout de même à faire ressortir le positif. Quels messages avez-vous voulu faire passer aux lecteurs ?

Ce que je voulais dire au lecteur, c’est: Il y a quelque chose après le deuil. Le silence ne dure pas toujours.

Avez-vous un nouveau projet ?

Nous corrigeons actuellement les épreuves de mon troisième roman. Il devrait sortir en septembre prochain et abordera des thèmes comme le harcèlement, le changement, et l’amour, sous toutes ses formes.

 

interview samuelle barbier - entre lecteurs

 

Quelle est votre écrivaine préférée ?

Question difficile. Je dirais Mary Higgins Clark. Son parcours est un véritable exemple.

 

Quelle est votre lecture du moment ?

Je viens de terminer la saga « L’amie prodigieuse » d’Elena Ferrante. J’ai beaucoup aimé, alors que je n’avais pas accroché au premier tome. Comme quoi! Il ne faut pas se fier à son premier jugement.

 

Quel est le livre qui vous a bouleversée ?

C’est difficile! Je dirais  » l’ile des oubliés » de Victoria Hislop. Je l’ai lu au moins dix fois et je ne m’en lasse pas.
( Mais entre nous le livre que j’ai le plus lu , ce n’est pas un roman, c’est  » la magie du rangement » de Marie Kondo. J’adore faire le ménage! Je ne m’en vante pas trop fort, quand je le dis, les gens me trouvent bizarre. 🙂 mais j’aime ranger, trier, nettoyer….ca me procure un sentiment de bien-être. Un jour j’assumerai ! :))

Celles qui restent - Samuelle Barbier

Celles qui restent
 

Celles qui restent est une histoire de sœurs. De femmes. De liens si puissants que les rompre bouleverse tout.

Celles qui restent est une histoire de sœurs. De femmes. De liens si puissants que les rompre bouleverse tout.
Clara est l’aînée, la sage, l’exemple à suivre. Celle qui fait tout comme il se doit, quitte à grincer des dents en se forçant à sourire.
Constance est la cadette. Si discrète, qu’on en oublie qu’elle existe… jusqu’à ce qu’elle décide de cesser d’exister en se jetant du haut d’un pont.
Lucy est la benjamine. Celle qui rit trop fort, parle trop fort, vit trop fort. Parce qu’elle a peur qu’on l’oublie.
Mais il y a aussi Marielle, qui elle, n’a ni sœur, ni frère, ni enfant, tout juste un vieux chien obèse. Celle qui a consacré sa vie aux autres pensait arriver au bout de son chemin dans l’indifférence, jusqu’à ce qu’un ange vêtu d’un manteau rouge se jette d’un pont, juste devant elle, et remette tout en question.

 

Logo collibris

Bienvenue sur le blog de Collibris. N'hésitez pas à partager vos lectures sur l'application et les réseaux sociaux.
Bonnes lectures

Newsletter

Articles similaires

Concours rentrée littéraire des Editions Albin Michel

Règlement du concours Article 1 : Société organisatrice RS TECHNOLOGIES 809 136 716 dont le siège social est situé au…

Lire plus
CONCOURS RENTREE LITTERAIRE : NOS PARADIS PERDUS

Règlement du concours Article 1 : Société organisatrice RS TECHNOLOGIES 809 136 716 dont le siège social est situé au…

Lire plus
Sélection : livres à la couverture jaune

On quitte doucement l’été avec la dernière sélection du challenge cahier de vacances : des livres à la couverture jaune.…

Lire plus