interview RAPHAELLE GIORDANO

Interview Raphaëlle Giordano

Raphaëlle Giordano, l’auteure incontournable du développement personnel, publie son nouveau roman aux Editions Plon le 14 janvier 2021. Un nouveau roman prometteur dont nous avons besoin en ce début d’année. A cette occasion Raphaëlle Giordano a accepté une interview pour la communauté Collibris.

interview Raphaëlle Giordano

Raphaëlle Giordano, votre nouveau roman Le Bazar du zèbre à pois sort le 14 janvier aux Editions Plon, pouvez-vous nous le présenter rapidement ?

Le Bazar du zèbre à pois est un roman « imbibé » de ma personnalité, imprégné de fantaisie, de créativité, de sensibilité… Ode à l’hémisphère droit et à ses capacités qui m’ont toujours permis de rebondir et de m’inventer de nouvelles voies.

Mon personnage principal, un homme, Basile, jeune quadra, inventeur au géni décalé, ouvre cette boutique d’objets provocateurs, tout sauf « essentiels ». A moins que l’essentiel ne se trouve parfois en explorant cette part de nous, sensible, libre et créative, souvent laissée de côté dans un système qui privilégie beaucoup la normo-pensée ? Une réponse que lecteur pourrait bien découvrir en suivant le zèbre !

L’art et la créativité semblent y avoir une place importante, tout comme dans votre vie. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Basile, mon personnage principal, est ce qu’on appelle un « zèbre », un atypique haut potentiel, un vrai droitier du cerveau : le cerveau de la créativité, de l’intuition et des émotions.

L’art et la créativité, c’est ce qui me permet de transcender l’ordinaire, d’enchanter ma vie, de la sublimer en quelque sorte. J’écris, je peins, je danse, et depuis peu, je me passionne pour la musique ! Cette effervescence créative fait pétiller mon quotidien. Je souhaite à chacun de trouver son moyen d’expression, et de l’exercer sans pressions de résultat, juste pour le bonheur de laisser jaillir de soi un peu de son monde intérieur, peuplé d’émotions intimes.

Dans ce roman, nous faisons la rencontre de plusieurs personnages principaux : quelle est la particularité de chacun ?

J’adore Basile, mon inventeur, car il traverse la vie comme un dauphin : il coupe les vagues sans les prendre de plein fouet.  Il avance avec une désarmante assurance, car presque ingénue, sûr que si une porte se ferme, une autre s’ouvrira, confiant dans ses capacités à rebondir. Avec lui, ça glisse. Pour lui, la vie n’est pas un problème mais une source infinie de possibilités. J’essaye de m’inspirer de lui ! (rires)

Arthur est un ado fâché avec le système et qui ne rentre pas dans les cases. Il a laissé la colère l’envahir et le doute le miner, alors qu’il a un vrai talent de poète urbain, d’artiste de Street Art.

Giulia, sa mère, est parfumeur-nez, mais s’est perdue en route. Elle est dans le flou total et ne sait pas comment le traverser pour se réinventer et donner à sa vie un nouveau souffle.

Quand la trajectoire de ces trois-là se croise, j’appelle ça une rencontre-silex. De ces rencontres qui font des étincelles, qui change la donne. Certaines personnes s’éteignent. D’autres, en présence, se révèlent.  Basile est un bel inspirateur. J’espère qu’il le sera aussi pour mes lecteurs !

Basile est un inventeur d’objets bien particuliers… Les objets présents sortent-ils tous de votre imagination ? En fabriquez-vous ?

Pendant plusieurs mois, je me suis amusée à vivre dans la peau de mon inventeur. J’ai bien sûr imaginé chaque objet du roman. C’est ce qui m’intéresse aussi de montrer à mes lecteurs : le processus de création, depuis la genèse d’une idée jusqu’à sa matérialisation. J’ai été très loin dans la concrétisation de l’invention principale du roman, et il n’est d’ailleurs pas exclu qu’elle voit le jour dans le réel, si une enseigne se montrait intéressée !

Vous avez toujours un thème central dans vos romans : la «  routinologie », la « burnerie », « l’amourability »… Le Bazar du zèbre à pois a pour thème l’« audacité ». Pouvez-vous nous en parler ? Quel est le concept de cette philosophie ?

L’audace, c’est magnifique, mais seule, pas suffisant. J’y ai ajouté la ténacité. Ce qui donne « audacité ». Oser entreprendre, oser s’affirmer dans sa singularité, puis aller au bout de sa démarche. Concrétiser. Voilà le cœur de la philosophie de l’audacité. Avec la période si compliquée que nous vivons et les lendemains difficiles qui s’annoncent, je crois que c’est une philosophe qui peut se révéler déterminante pour tirer son épingle du jeu.

Enfin, je dirais qu’il ne faut pas attendre pour y aller. Car en soi, on n’est jamais prêt. Il faut avancer avec la peur, malgré la peur. Car au final, la plus grande terreur, c’est l’immobilisme, la stagnation. Ca, c’est déjà une petite mort.

Et vous, à quel moment avez-vous fait preuve d’ « audacité » ?

J’ai fait preuve d’audacité quand j’ai quitté l’entreprise où j’étais maltraitée pour oser m’aventurer sur les sentiers plus incertains de l’entreprenariat et de l’univers artistique, afin de me réaliser en tant qu’artiste.
J’ai fait preuve d’audacité quand j’ai commencé à écrire mes premiers livres au moment où personne n’y croyait, puis quand j’ai persévéré année après année, malgré les difficultés multiples, jusqu’à réaliser le rêve de ma vie : écrire des romans.

En 2020 nos quotidiens ont été bouleversés et nous sommes nombreux à en avoir profité pour faire le point sur nos vies, nos envies et ce qui nous motive. Pensez-vous que votre livre pourrait être un guide pour aller plus loin, pour oser creuser cette remise en question ?

La vie n’est jamais linéaire, preuve en est. On n’est jamais sûr des lendemains, c’est pourquoi je crois que la philosophie de mon zèbre pourrait inspirer beaucoup de lecteurs dans un contexte où il va devenir essentiel de cultiver sa singularité et ses talents spécifiques pour être là où on est le meilleur, cultiver la flexibilité, l’ouverture d’esprit, la créativité, pour raisonner solutions et non problèmes. Faire la différence qui fait la différence. Le Covid a créé une situation de  repli. Le Zèbre propose d’Ouvrir avec un grand O. L’esprit et les possibles.

En cette nouvelle année 2021, quel conseil Basile donnerait à la communauté Collibris ?

Basile a envie de dire à chacun de devenir « Inventeur de sa vie » !

interview Raphaelle Giordano entre lecteurs

Quel livre lisez-vous en ce moment ?

Je suis en train de lire l’Anomalie de Hervé Le Tellier, le Goncourt 2020, dont j’adore l’écriture, et quelle originalité dans cette galerie de personnages !

Quel est votre dernier coup de cœur littéraire ?

J’ai été assez bouleversée par A nous l’éternité, de Jean-Luc Malbrunot. Coup de cœur Gilles Legardinier – Prix Femme Actuelle 2019. Poignant, très. J’ai craint au départ que ce ne soit sombre, mais finalement, c’est vraiment un hymne à la vie et à l’amour.

Quel est l’auteur(e) qui vous inspire ?

J’aime de nombreuses plumes, des styles très variés que je choisis aux couleurs de mes humeurs.

Quel genre aimez-vous lire ?

Je lis principalement des romans, et au-delà de la finesse d’écriture que je recherche, j’aime particulièrement quand ils proposent un pitch original, conceptuel.

C’est pour ça que j’aime tant David Foenkinos, par exemple dans Je vais mieux (le récit est ponctué par la notation de l’intensité du mal de dos, j’adore !), ou le potentiel érotique de ma femme (il collectionne sa femme, c’est génial !). Ou bien Laetitia Colombani, quand elle écrit La tresse et tresse réellement ses trois brins d’histoires, c’est brillant ! Ou Didier van Cauwelaert quand il écrit Jules, et nous met dans la peau de ce chien d’aveugle génial… Je lis le pitch et je me dis, wahou, il y a une vraie idée…

Le Bazar du zèbre à pois -Raphaelle Giordano (2)

Le bazar du zèbre à pois

« Je m’appelle Basile. J’ai commencé ma vie en montrant ma lune. Est-ce pour cela que j’ai toujours eu l’impression de venir d’une autre planète ? Je n’ai pourtant pas compris tout de suite de quel bois j’étais fait. Peut-être plus un bois de Gepetto que de meuble Ikea.»

Basile, inventeur, agitateur de neurones au génie décalé, nous embarque dans un univers poético-artistique qui chatouille l’esprit et le sort des chemins étriqués du conformisme. De retour à Mont-Venus, il décide d’ouvrir un commerce du troisième type : une boutique d’objets provocateurs. D’émotions, de sensations, de réflexion. Une boutique « comportementaliste », des créations qui titillent l’imagination, la créativité, et poussent l’esprit à s’éveiller à un mode de pensée plus audacieux ! Le nom de ce lieu pas comme les autres ? Le Bazar du zèbre à pois.

Giulia, talentueux « nez », n’en est pas moins désabusée de cantonner son talent à la conception de produits d’hygiène. Elle rêve de sortir le parfum de ses ornières de simple « sent-bon » et de retrouver un supplément d’âme à son métier.

Arthur, son fils, ado rebelle, fâché avec le système, a, lui, pour seul exutoire, ses créations à ciel ouvert. Il a le street art pour faire entendre sa voix, en se demandant bien quelle pourra être sa voie dans ce monde qui n’a pas l’air de vouloir lui faire une place.

Trois atypiques, trois électrons libres dans l’âme. Quand leurs trajectoires vont se croiser, l’ordre des choses en sera à jamais bousculé. C’est à ça que l’on reconnaît les « rencontres-silex ». Elles font des étincelles… Le champ des possibles s’ouvre et les horizons s’élargissent.
Comme dans un système de co-création, ils vont « s’émulsionner les uns les autres » pour s’inventer un chemin, plus libre, plus ouvert, plus heureux….

Louise Morteuil, elle, est rédactrice en chef du Journal de la Ville et directrice de l’association Civilissime. Elle se fait une haute idée du rôle qu’elle doit jouer pour porter les valeurs auxquelles elle croit : Cadre, Culture, Civisme… Choc des univers. Forte de ses convictions en faveur du bien commun, elle se fait un devoir de mettre des bâtons dans les roues du Bazar du zèbre à pois…

Une galerie de personnages passionnés, sensibles et truculents, des embûches et surprises, des objets aussi magiques que poétiques, de l’adversité et de l’amour, l’art de se détacher des entraves par l’audace, de se libérer de la peur en osant… Le nouveau roman de Raphaëlle Giordano donne l’envie de mettre plus de vie dans sa vie et de s’approprier la philosophie phare et novatrice du zèbre : « l’audacité ».

Logo collibris

Bienvenue sur le blog de Collibris. N'hésitez pas à partager vos lectures sur l'application et les réseaux sociaux.
Bonnes lectures

Newsletter

Articles similaires

Concours rentrée littéraire des Editions Albin Michel

Règlement du concours Article 1 : Société organisatrice RS TECHNOLOGIES 809 136 716 dont le siège social est situé au…

Lire plus
CONCOURS RENTREE LITTERAIRE : NOS PARADIS PERDUS

Règlement du concours Article 1 : Société organisatrice RS TECHNOLOGIES 809 136 716 dont le siège social est situé au…

Lire plus
Sélection : livres à la couverture jaune

On quitte doucement l’été avec la dernière sélection du challenge cahier de vacances : des livres à la couverture jaune.…

Lire plus