Le Blog Collibris

Interview exclusive de Michel Bussi : votre été va être… corsé !

A l’occasion de la sortie de son nouveau roman Le temps est assassin, Michel Bussi a accepté de répondre à quelques questions.

Véritable maître de l’énigme, Michel Bussi est un écrivain qu’on ne présente plus.

Premier auteur français de romans policiers en 2015 (GFK) et troisième du classement des auteurs les plus lus en France (Le Figaro), il a marqué les ventes de l’année dernière avec la parution de son roman Maman a tort, aux éditions Presses de la Cité.

Cette année, il revient sur le devant de la scène avec un roman corsé ! Cocktail d’émotions fortes, violentes et profondes, Le temps est assassin se lit en apnée jusqu’au twist final.

Partition nostalgique baignée des saveurs et des parfums de la Corse, le roman vibre au diapason de l’adolescence et c’est avec enthousiasme que Michel Bussi vous le présente aujourd’hui.

Bonne lecture à tous !

* * * * * * * * * *

Bonjour Michel, votre nouveau roman « Le temps est assassin » sort aujourd’hui. Entre passé et présent, entre éternité et vacances, que pouvez-vous nous dire sur ce roman ?

C’est un roman qui se passe en Corse. C’est l’histoire d’une jeune adolescente victime d’un accident de voiture. Seule survivante, elle revient vingt ans plus tard sur les lieux de la tragédie. Elle retrouve l’endroit où elle a passé son dernier été avec ses parents et trouve une lettre, une lettre signée de sa mère, pourtant décédée dans l’accident.

« Le temps est assassin » se déroule en Corse. L’été dernier, vous êtes d’ailleurs allé repérer les lieux du crime. L’intrigue s’adapte-t-elle au lieu, ou est-ce plutôt la configuration d’un lieu, l’atmosphère qu’il dégage qui influe sur l’intrigue ?

C’est plutôt l’intrigue qui s’adapte au lieu. Généralement, je décide de l’intrigue et je cherche ensuite le lieu où celle-ci se déroulera. C’est typiquement ce qui s’est passé avec « Le temps est assassin » avoir le choix de la Corse comme lieu de l’intrigue.

Le titre « Le temps est assassin » évoque irrémédiablement la chanson de Renaud « le temps est assassin et emporte avec lui le rire des enfants…). Que vous inspire cette chanson ? Pourquoi ce clin d’œil musical ? 

« Le temps est assassin » est un roman mélancolique dont l’histoire se déroule sur plusieurs générations. Il s’inspire donc du temps qui passe. Le temps qui passe, le temps est assassin et emporte avec lui les rires des enfants…

Clotilde est le personnage principal de votre roman. Que pouvez-vous nous dire sur elle ?

Clotilde est une femme qu’on va suivre sur deux périodes.

La période adolescente se vit de manière un peu rebelle. Clotilde tient un journal intime. On rentre donc dans l’intimité de ses sentiments et de son regard sur les autres adolescents et les adultes qui l’entourent.

Nous suivons également Clotilde, femme et mère de 43 ans qui se pose encore beaucoup de questions.

On suit donc cette femme à deux périodes clés de sa vie, on entre dans sa psychologie et je pense que beaucoup de femmes pourront se reconnaître ou du moins ressentir ce que peut ressentir le personnage de Clotilde puisqu’il y a bien évidemment un va-et-vient complet entre la femme et la mère qu’elle est devenue et l’adolescente qui se rêvait adulte et qui imaginait ce qu’elle serait plus tard.

le-temps-est-assassin

.

Les personnages principaux de vos romans sont souvent des femmes. C’est d’ailleurs avec une apparente facilité que vous leur donnez vie ? Quel est votre secret ? Vous inspirez-vous de femmes qui vous entourent ou, au contraire, créez-vous les femmes de vos romans de A à Z ?

Il s’agit toujours de personnages inventés, de pures fictions. Mais on s’inspire aussi de situations qu’on peut connaître ou de regards qu’on peut porter sur les autres. Clotilde est une héroïne de fiction mais évidemment elle est aussi un résumé de mon regard d’écrivain sur la façon dont elle a pu ressentir l’adolescence.

Il s’agit certes d’un personnage féminin, mais ce que ressent Clotilde pourrait tout autant être ressenti par un homme. Un adolescent qui se sentirait un peu différent et rebel pourrait faire les mêmes choses que Clotilde et tenir les mêmes propos. Un homme qui se remettrait en question dans sa vie de père et de couple pourrait également faire les mêmes choses que le personnage principal du roman.

Evidemment, avec un personnage féminin, l’ensemble prend un tournant un peu plus passionnel.

Aussi, j’ai pris l’habitude de mettre en scène des héroïnes, ce qui donne un côté peut être plus romanesque mais en réalité je ne pense pas qu’il s’agisse d’un roman purement féminin de ce point de vue là.

Les thèmes du désir, de la jalousie, de la séduction sont très forts dans ce roman. Lorsque vous abordez l’écriture d’un roman, envisagez-vous des thèmes précis et construisez-vous l’histoire autour de ceux-ci ou est-ce l’intrigue elle-même qui « impose » ses thèmes ?

Il y a des thèmes qui reviennent : la famille, l’amour, la passion, la filiation. Mes intrigues sont donc des façons de revisiter ces thèmes-là. Typiquement, dans « Le temps est assassin », c’est une façon de revisiter l’amour, le désir, les amours d’adolescence, les amours de raison. C’est toute une réflexion sur la relation mère/fille à plusieurs générations et mon intrigue est une manière de revisiter ces thèmes-là et de les remettre en débat.

« Le temps est assassin » sort avant l’été. Une lecture idéale pour les vacances ? 

Je souhaitais effectivement que le roman sorte avant les vacances puisque l’histoire se déroule au mois d’août, se situe en Corse, dans un camping, près d’une plage. Spontanément, c’est un roman pour lequel on peut avoir un petit plaisir supplémentaire à lire en vacances, sur une plage ou au camping.

C’est presque une mise en abyme de lire ce roman alors même que l’on vit des choses qui en sont très proches puisque l’univers décrit est très marqué par les vacances.

Bien évidemment, j’espère bien qu’il se vendra au-delà de l’été (rires). En plein hiver, partir en Corse, au soleil, peut faire du bien !

Mais il existe quand même un petit clin d’œil à la période estivale et au roman d’été.

« Le temps est assassin » est un roman générationnel, un roman policier. Comment le définiriez-vous ?

C’est aussi un roman d’amour. Le thème de la famille et de l’amour est beaucoup plus présent que dans d’autres romans.

Par rapport à mes autres romans, « Le temps est assassin » est beaucoup moins thriller. Il s’agit davantage d’une fresque familiale très romanesque par le fait même de la présence de cette dimension générationnelle, de ce basculement de l’adolescence à l’âge adulte.

Il existe un souffle de grande saga familiale avec sa dose de secrets de famille.

Il s’agit donc plus d’un roman passionnel et romanesque que d’un thriller pur.

Le public vous connaît comme un auteur de romans policiers, de thrillers. Souhaiteriez-vous vous essayer à d’autres genres littéraires ?

Oui pourquoi pas. Mais j’ai déjà l’impression d’être au carrefour de plusieurs genres. Ce roman-là n’est pas tout à fait un polar puisqu’une grande partie du livre est le journal intime d’une adolescence qui raconte ses vacances. L’intrigue policière est finalement qu’un élément parmi d’autres.

Je pourrais effectivement m’essayer à d’autres choses, à d’autres genres. Le travail que je fais m’en donne effectivement l’impression puisque je parviens à ne pas rester dans un genre de polar très codifié.

Où en est l’adaptation cinématographique d’Un Avion sans elle ?

C’est en cours. Il s’agira d’une adaptation pour la télévision. Peut-être en 2017. Rien n’est encore certain mais le projet avance.

un-avion-sans-elle

.

On dit souvent qu’on est ce qu’on lit. Alors, que lisez-vous ? 

Actuellement je lis L’ombre du vent, premier roman pour adultes de Carlos Ruiz Zafón. Il s’agit d’une saga qui se déroule dans la Barcelone de l’après-guerre civile. Roman policier, à suspense, il possède également une dimension fantastique. J’apprécie énormément la lecture de ce roman d’atmosphère très bien écrit.

* * * * * * * *

Je remercie très chaleureusement Michel Bussi pour sa disponibilité et sa gentillesse.

Le temps est assassin est disponible en librairie depuis ce mercredi 4 mai 2016.

Le temps est assassin est publié aux éditions Les Presses de la Cité

Le temps est assassin est disponible au format Ebook