Interview Samuel Delage

Interview de Samuel Delage

Samuel Delage est un écrivain Nantais, aujourd’hui connu pour ses romans policiers à succès. Au début de l’aventure Collibris, Samuel Delage nous accordait une interview pour la sortie de son troisième roman Cabale Pyramidion. Quatre ans après, nous revenons sur son parcours…

Samuel delage

Samuel, la dernière fois que nous avons réalisé une interview vous étiez ingénieur et écrivain. Qu’en est-il aujourd’hui ?

La passion l’a emporté, comme un happy end qui ponctue un roman et appelle l’écriture d’un nouveau récit… et j’adore cette histoire. Aujourd’hui c’est une vie de romancier et scénariste à temps plein, et un planning encore plus chargé qu’avant, mais un délicieux mélange de projets et de passion.

 

Votre dernier roman, Arcanes Médicis, est une enquête policière en huis-clos. Le lecteur mène l’enquête avec le Commissaire Castelli comme dans un Cluedo. On se demande qui est le tueur parmi tous ces personnages aussi suspects les uns que les autres. Quel est votre secret pour tenir en haleine le lecteur jusqu’à la fin de l’enquête ?

J’aime les récits à énigmes et les personnages à tiroirs secrets. C’est un peu comme dans une partie de poker menteur, entre les non-dits, les fausses idées, les comportements interprétables de différentes façons, tout se met en place pour dérouter les participants… et pourtant, les pièces du puzzle s’amoncellent sur la table et trouvent une à une à se loger. La construction de ce type de récit est existante et peut devenir parfois un véritable casse-tête. C’est en suivant les personnages, comme avec une caméra que les solutions et les comportements naturels et parfois controversés apparaissent. C’est un jeu grisant qui fait défiler des centaines de questions auxquelles je dois répondre et transforme ma tête en un véritable laboratoire de montage de film.

Dans Arcanes Médicis comme dans tous vos romans, l’art occupe une place importante dans l’intrigue. Comment expliquez-vous cette présence ?

L’univers de la création et de l’art sous toutes ses formes sont pour moi des marottes. Mes personnages sont habités par ces univers qui forment une jointure débordante entre leur vie personnelle et professionnelle. Les dérapages sont alors inévitables et garantissent des aventures riches en péripéties, non sans risques. J’avais besoin d’explorer sur plus d’un millier de pages ce territoire où tout est possible, où tout est ouvert et cosmopolite, et qui surtout fait partie de notre ADN… depuis les fresques de nos très vieux ancêtres retrouvées sur les parois au fond de leurs cavernes. Déjà, ils étaient artistes.

Dans ce roman, l’enquête se déroule dans la Villa Médicis que vous décrivez à la perfection. Vous rendez-vous sur place pour capturer chaque détail des lieux de votre récit ?

L’un des plus grands bonheurs pour moi, en tant que romancier, est de pouvoir vivre au plus près l’essence de mes récits. Le lieu est toujours fondamental dans ma phase de création. J’aime vivre au cœur de mon arène, autant que cela est possible.  Mon expérience en tant que pensionnaire, pour un court séjour, à la Villa Médicis a été un catalyseur foudroyant pour donner le meilleur éclairage possible sur ce haut lieu de la culture et de l’histoire de l’art au monde. Respirer l’endroit, de jour comme de nuit, l’écouter vivre, le toucher, l’explorer jusque dans les profondeurs de ses souterrains, grave en moi des souvenirs très forts. Je capte des milliers d’informations et autant de sensations que je m’efforce de rendre perceptibles dans mes récits.   

Nous savons que vous aviez envie d’adapter vos livres à l’écran… Avez-vous avancé sur ce désir ?

Le jour de la publication d’Arcanes Médicis, je rencontrai un producteur pour un projet de série TV. Il m’a demandé quelle était mon actualité et si j’avais d’autres projets. Je lui ai répondu qu’Arcanes Médicis sortait aujourd’hui. Le père de ce producteur était copiste en art… alors la passion a nourri la suite pour nous deux. Je suis scénariste sur le projet d’adaptation d’Arcanes Médicis en téléfilm. Hâte de le voir prochainement sur les écrans. 

Comment s’est passée l’adaptation de votre livre à la télévision ? De l’écrivain au co-scénariste ?

L’activité de romancier et celle de scénariste sont très distinctes. Les interlocuteurs entre le milieu de l’édition et celui de l’audiovisuelle sont différents presque en tous points. Tout commence déjà avec l’agent qui me représente pour le livre. Il gère les droits de cessions avec mon agent sur la partie audiovisuelle. Une succession de contrats intervient ensuite tout au long du processus et des étapes d’écriture audiovisuelle, d’abord avec les producteurs et co-productions, puis avec les diffuseurs (chaines TV). Il est important de connaître cette mécanique et les codes des uns et des autres. J’avais suivi plusieurs formations et Master Class avec des créateurs de séries TV et quelques camarades scénaristes. Cela permet d’entrer et de savoir si cet univers est fait pour nous. Il faut l’aimer énormément l’aimer. Quand on est romancier, on est presque seul à bord, avec son récit, et armé d’une passion indestructible, on décide de tout, les choix nous appartiennent, la liberté est totale. Un romancier est à la fois producteur, réalisateur, chef opérateur, metteur en scène, costumier… il a tous les postes. Quand on est scénariste, tout s’écrit et se construit à plusieurs, avec d’autres scénaristes, mais aussi les producteurs, et les diffuseurs. Cela engage un nombre de paramètres édifiants, incongrus parfois, et souvent très contraignant, qui modélisent tout un projet afin qu’il corresponde aux attentes des uns et des autres, sachant que certains ont un poids majeur dans les décisions. Scénariste, c’est l’école de l’abnégation, de la pondération et surtout de l’adaptation… mais quand cette école est celle de la passion, alors je suis au premier rang et plus studieux que jamais.

Quand pourrons-nous voir cette adaptation ?

La grande question… seul le diffuseur peut le dire, et seulement quand toutes les étapes sont franchies, et que sa programmation est calée. La programmation répond à un savant calcul que seuls les diffuseurs maîtrisent. Patience donc… mais 2020 pourrait être une belle année.

 

Est-ce une aventure que vous souhaitez renouveler ?

Je reviens d’une séance de pitch face à un groupe de producteurs, j’ai de nombreux projets de créations de séries originales en plus des adaptations potentielles de mes autres romans. J’aime l’univers du livre et le monde de l’audiovisuel. Tout cela est grisant et fait vibrer le plaisir d’écriture de fiction qui m’anime.

Nous savons que vous avez besoin d’avoir de nouveaux projets en cours. Quels sont-ils en ce moment ?

Je suis en plein dans l’écriture du nouveau roman, cette fois, petite infidélité à mes héros récurrents et le monde de l’art. Il s’agit d’un one shot, un thriller psychologique, dans la catégorie roman domestique noir. Et puis l’adaptation d’Arcanes Médicis occupe aussi une place importante dans mon planning, tout comme mes autres projets de séries TV. Mon bureau de travail déborde comme j’aime… n’en déplaise un peu parfois à celle qui apprécierait de le voir un peu plus « rangé »  ;-).

Découvrez le dernier livre de Samuel Delage, Arcanes Médicis, aux éditions Marge Noire

Arcanes Médicis - Samuel Delagae
 

Villa Médicis, Rome. Un cadavre avec les yeux énucléés est découvert un matin dans l’une des fontaines du jardin. C’est le choc au sein de l’institution, d’autant que la victime est le fils du directeur. Dépêché sur place, le commissaire Castelli conclut rapidement à un homicide et ne tarde pas à découvrir que la victime entretenait des liens ambigus avec les résidents.

 

 

 

Logo collibris

Bienvenue sur le blog de Collibris. N'hésitez pas à partager vos lectures sur l'application et les réseaux sociaux.
Bonnes lectures

Newsletter

Articles similaires

Le Ptit Colli du mois de juin

Le Ptit Colli du mois de juin s’est glissé dans vos boîtes aux lettres avec un design très fleuri ! Avec…

Lire plus
Nouveauté Collibris : Accédez à votre historique de recommandations en un coup d’œil !

Comme vous le savez surement, l’application Collibris vous propose des recommandations de lecture personnalisées selon les livres présents dans votre…

Lire plus
Règlement du CONCOURS Anne-Gaëlle Huon – Même les méchants rêvent d’amour

Article 1 : Société organisatrice RS TECHNOLOGIES 809 136 716 dont le siège social est situé au 33, avenue du…

Lire plus