Anne Sylvie Pinel

Interview d’Anne-Sylvie Pinel, biographe et écrivain

Anne-Sylvie Pinel est biographe et écrivain du roman Il aura fallu une seconde. A travers cet interview, nous allons découvrir le métier de biographe et en savoir un peu plus sur Anne-Sylvie Pinel et son roman.

Bonjour Anne-Sylvie, pouvez-vous vous présenter ?

Bien sûr même si pour tout vous dire, j’ai toujours eu du mal à répondre à cette question ! Je suis multifacettes et je fais partie de ceux qui ne sont pas très adeptes des CDI et des étiquettes… J’ai été (entre autres) journaliste, danseuse, responsable éditoriale, institutrice, avant d’exercer à plein temps le métier dont j’ai toujours rêvé : écrivain. Écrivain et plume de vie pour être exacte. Car, si j’écris des romans et des histoires pour enfants, j’écris aussi des histoires de vies.

Qu’est-ce le métier de biographe ?

Être biographe, c’est prêter sa plume à ceux et celles qui veulent faire un livre de leur histoire. Pour transmettre, pour partager, pour garder une trace de ce qu’ils ont vécu, pour se libérer aussi… L’écriture permet bien souvent de tourner la page sur des souvenirs douloureux. Je me mets ainsi à l’écoute des gens qui veulent se raconter. Je recueille leurs moments forts, leurs émotions, ce qu’ils ont envie de transmettre, et je les mets en mots de la manière la plus fidèle et sensible possible. En résulte un livre avec leur image en couverture et leur histoire entre les pages, tel un roman de leur vie, trace indélébile de leur vécu et plus grands souvenirs.

 

Comment avez-vous eu l’envie de devenir écrivain public ?

J’ai toujours écrit : des histoires, mon journal, des lettres, des articles… Jusqu’au jour où m’est venue l’idée de raconter l’histoire des gens. Après tout, quoi de plus passionnant que les histoires de vie ? Chaque vie a tous les ingrédients d’un roman : des émotions, des rencontres, des joies, des chagrins, des péripéties, des coïncidences, des hauts et des bas… Autant de pépites qui méritent d’être racontées ! J’ai alors décidé d’aller à la rencontre d’inconnus dans la rue pour qu’ils me racontent leur plus fort souvenir. J’en ai récolté des récits touchants, parfois même bouleversants, qui m’ont conforté dans mon envie de raconter les histoires vraies de tout un chacun.

Ce qui a fait naître en moi cette envie aussi, c’est de réaliser que je ne connaissais rien ou pas grand chose de l’histoire de mes grands-parents défunts. De l’histoire de mes propres parents non plus d’ailleurs… Dans le tourbillon du quotidien, on ne prend pas le temps de faire vraiment connaissance avec notre entourage, de découvrir leur passé, leurs expériences de vie, leur enfance, leur parcours. Alors que tout cela est si riche, si captivant, si précieux ! J’ai eu envie de défricher ces trésors souvent enfouis pour en laisser une trace ; une belle et durable trace.

(Plus d’infos sur ma page : https://ecrivainbiographeparis.com/a-propos-2 )

 

Quels genres d’histoires écrivez-vous ?

Chaque histoire de vie est différente, ce qui fait que j’écris des histoires en tout genre – c’est aussi ce qui rend ce métier si passionnant ! J’ai ainsi accompagné un papi juif ayant vécu la seconde guerre mondiale pour écrire ses mémoires, un influenceur connu qui voulait partager son parcours de youtubeur à sa communauté, une femme ayant vécu l’inceste souhaitant faire entendre sa vérité et se décharger de son passé, un homme en fin de vie voulant transmettre ses valeurs et souvenirs à ses enfants, et même un fétichiste voulant raconter ses expériences et fantasmes !

Il n’y a pas deux vies qui se ressemblent, il n’y a pas deux voix qui se confondent… J’écris tout autant des histoires d’amour, de maladie, de succès que de reconversion, de combat ou de passion.

Adaptez-vous le style d’écriture en fonction de chaque personne ou gardez-vous votre style d’écriture personnel ?

Je suis avant tout une « prête-plume » et je m’adapte au maximum à la personne pour qui j’écris. Mon but est d’être au plus près de son regard, de sa personnalité, de sa sensibilité… Je suis un peu un caméléon de l’écriture pour ainsi dire ! Il s’agit pour moi de faire entendre la voix de mon narrateur, tout en mettant mes compétences rédactionnelles à son service pour la mettre en valeur.

 

Quelles sont toutes les étapes pour écrire le roman d’une personne (du premier contact au résultat final) ?

C’est une belle aventure qui s’étend sur plusieurs semaines voire plusieurs mois. Tout commence par un échange téléphonique : la personne intéressée me livre son projet, pourquoi elle veut faire ce livre, ce qu’elle veut raconter, pour qui, pour quand… Si le contact passe bien (car c’est évidemment essentiel pour faire équipe sur ce genre d’aventure !), nous convenons d’une première rencontre et d’un rythme de séances. En général, nous nous voyons 2h une fois toutes les semaines ou toutes les deux semaines, dans un café calme ou idéalement chez la personne – être chez soi est plus propice aux confidences et à l’éveil de la mémoire… Après chaque séance, j’écris le fruit de notre échange afin que mon interlocuteur puisse le corriger si besoin avant que l’on ne poursuive. De semaine en semaine, le livre prend ainsi forme. Une fois le point final posé, je transmets mes écrits et si possible quelques photos de mon narrateur à mon éditrice attitrée qui imprime le livre dans le nombre d’exemplaires voulu. Vient alors le moment de remettre son livre à mon client – un grand moment ! Je fais toujours livrer les exemplaires chez moi pour avoir le plaisir d’aller les remettre en mains propres à leur destinataire. C’est toujours une vraie émotion de prendre le livre de sa vie dans ses mains…

Ecrivez-vous également des histoires fictives pour autrui ou uniquement des histoires vraies ?

Certaines personnes me contactent aussi pour écrire des histoires fictives. Souvent, elles ont l’idée d’un roman en tête mais ne savent pas comment s’y prendre pour le mettre en forme. Ou alors elles en ont écrit une partie qui traîne dans un tiroir depuis des mois ou des années… Elles m’appellent pour les accompagner dans la concrétisation de leur projet. Au-delà d’une plume, elles ont besoin d’un regard critique et bienveillant, d’un soutien, d’un coup de pouce pour ne pas sombrer dans la procrastination. J’aime encourager les graines d’écrivain à aller au bout de leur envie d’écrire.

Quel est votre plus beau souvenir en tant que biographe ?

Difficile de choisir, plein de beaux souvenirs me reviennent en tête à cette question ! Peut-être le beau sourire et le grand merci d’une cliente victime d’inceste que j’avais rencontrée si triste. Raconter son histoire lui a fait un bien fou, je l’ai sentie se libérer au fil des séances, sa guérison à travers l’écriture m’a bouleversée… Ou encore les larmes de ce papi pourtant si pudique qui me racontait la mort de son père ; comme si son cœur s’ouvrait et se déliait pour la première fois… Ou le témoignage d’un jeune client qui me disait qu’il se sentait mieux qu’en sortant de chez son psy après nos séances, que ça l’allégeait et l’aidait à aller de l’avant.

Plus ça va, plus je constate la puissance de l’écriture, sa capacité à soulager et libérer les gens. C’est souvent une vraie thérapie pour ceux qui s’écrivent et c’est pour moi magnifique de voir les gens s’épanouir de chapitre en chapitre.

Certains de vos clients ont-ils publiés le livre que vous avez écrit ?

Oui, l’un d’entre eux va d’ailleurs sortir très prochainement ! Il s’agit d’un livre de développement personnel dont je vous partage le titre en avant-première : La puissance de l’être, du thérapeute Jean-Marie Muller, un livre donnant des clés pour mieux se comprendre et s’épanouir. Deux autres livres ont été publiés mais je suis tenue à la confidentialité ; être biographe, c’est aussi accepter de rester dans l’ombre…

Vous avez également écrit votre propre roman, Il aura fallu une seconde, pouvez-vous nous en dire plus ?

C’est un feelgood book à la fois léger et profond, quelque part entre Grimaldi, Giordano, Gounelle et Lugand si je devais le mettre dans des cases… Il raconte le changement de vie de Léa, une jeune femme qui avait « tout » mais perd tous ses repères du jour au lendemain : son chéri, son job, son appart. Seule face à elle-même, elle va devoir tout reconstruire… Sur le chemin de sa reconstruction, elle rencontre une femme aussi étonnante qu’inspirante, Carmen, une danseuse fantasque qui va lui ouvrir un autre regard sur les choses. Sa vie va alors prendre un tournant inattendu…

J’ai voulu ce roman frais, énergisant, positif, mais aussi moteur à réflexion et inspiration. Au fil des aventures de Léa et Carmen, se glissent des questionnements et réflexions sur l’amour, l’amitié, la liberté, le point de rencontre entre idéaux et réalité… C’est un roman initiatique pour ainsi dire, voué à éclairer ceux qui le lisent dans leur propre cheminement, du moins à les interroger dans leurs choix de vie. J’espère sincèrement qu’il apportera de l’enthousiasme et de l’optimisme à ses lecteurs !

******

Découvrez le roman d’Anne-Sylvie Pinel, Il aura fallu une seconde

Il aura fallu une seconde - Anne-Sylvie Pinel

Du jour au lendemain, Léa voit son monde basculer. Plus de mec, plus d’appart, plus de travail : tous ses repères s’effondrent. Que faire quand on se retrouve sans rien ? Seule face à elle-même, la jeune femme va devoir affronter ses peurs et ses doutes pour tout reconstruire, pour se reconstruire.De remises en question en coups de solitude, de grosses galères en petits miracles, elle va apprendre, pas à pas, à trouver son chemin. Un chemin qui la mène à la rencontre de Carmen, une danseuse aussi étonnante qu’inspirante. La vie de Léa prend alors un tournant inattendu qu’elle n’aurait jamais cru possible… Anne-Sylvie Pinel nous livre ici un ouvrage léger par sa plume et profond par son propos, avec un regard affûté sur le développement personnel, ses forces et ses limites. Son livre teinté d’humour sonne comme un hymne à l’audace, la liberté et l’amour. Et si on pouvait toujours réinventer sa vie ?

Logo collibris

Bienvenue sur le blog de Collibris. N'hésitez pas à partager vos lectures sur l'application et les réseaux sociaux.
Bonnes lectures

Newsletter

Articles similaires

Règlement des concours pour notre série de Challenges

Article 1 : Société organisatrice RS TECHNOLOGIES 809 136 716 dont le siège social est situé au 33, avenue du…

Lire plus
Le Ptit Colli a un message pour vous !

L’équipe du Ptit Colli a un message pour vous ! Après le déconfinement, notre plateforme logistique a pu reprendre son…

Lire plus
Règlement du concours Gangrène – J-L. Wagner

Article 1 : Société organisatrice RS TECHNOLOGIES 809 136 716 dont le siège social est situé au 33, avenue du…

Lire plus