anne-de-kinkelin

Interview d’Anne de Kinkelin : « L’année du flamant rose »

Le concours de la Saint Valentin du 14 février dernier a été l’occasion de vous présenter le premier roman d’Anne de Kinkelin « L’année du flamant rose » (éditions Charleston, 6 janvier 2017).

« L’année du flamant rose » est une histoire de femmes, de bonheur, d’amitié et d’amour.

431E057D-B298-4227-A470-5DA6430690CE
.

C’est un roman rafraîchissant, une bouffée d’oxygène.

On y découvre Louise, Ethel et Caroline, un trio attachant qui partage tout : leurs peines, leurs rêves, leurs angoisses et leur amour pour les belles choses.

Louise est joaillière, Ethel corsetière et Caroline relieuse. Elles sont des créatrices, des faiseuses de rêves, des passionnées.

L’amour, seul, leur semble inatteignable.

Le jour où Louise s’entiche d’un flamant rose empaillé, son regard sur la vie change.

Suite à une rupture douloureuse, un défi de taille se dresse devant elle : celui de se relever, de tenir debout, comme le flamant rose sur une patte…

Aujourd’hui, je vous propose de partir à la rencontre d’Anne de Kinkelin et de son flamant rose… un animal devenu très tendance !

* * * * * * * * *

L’interview d’Anne de Kinkelin

Bonjour Anne. Pouvez-vous nous parler de votre premier roman « L’année du flamant rose » publié aux éditions Charleston ? Et surtout, pourquoi avoir choisi le flamant rose comme symbole ?

Je crois qu’au final, c’est lui qui m’a choisi ! Quand j’ai débuté l’écriture, il n’était pas cet animal tendance que l’on voit dans les magazines de mode ou de décoration. Je crois que son allure, cette attitude gracile toujours en équilibre sur une patte m’a parlé plus que de raison. Cette sensation de vie en équilibre instable est quelque chose que je connais bien. Et pas uniquement parce que je suis une addict de talons hauts !

Dans « L’année du flamant rose », l’amitié entre les 3 héroïnes est loin d’être toute rose. Vous pointez du doigt une certaine forme d’égoïsme. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce point ?

Je ne suis pas sûre que cela soit de l’égoïsme… Mes héroïnes sont tout, sauf ça. Elles ont tendance à donner trop, aimer fort et détester mal et beaucoup. Après, elles ne sont pas toujours tendres les unes envers les autres. Le chiffre trois n’arrangeant rien. Elles ont passé l’âge de ne pas se dire les choses ; même si ça blesse, même si les mots claquent dans l’air. Elles sont entières, pour le meilleur et pour le pire. C’est justement parce qu’elles ne savent pas penser à elles, qu’elles peuvent paraître dures en paroles.

Joaillière, corsetière et relieuse… vous avez choisi pour vos héroïnes trois métiers d’art. Vous avez donc voulu parler de toutes ces petites mains qui créent, transforment et restaurent. Pourquoi ce choix ?

Parce que ces métiers existent pour de vrai, sont des activités à part entière. Des savoir-faire uniques, on est au-delà du made in France, on est littéralement dans le made in Paris. Plus local, je ne vois pas ! A une époque où on parle de se différencier dans une époque de plus en plus normée, l’artisanat est une clé précieuse. Je souhaitais également ancrer mon histoire dans ces lieux, ces ateliers qu’on ne voit pas et sur lesquels on fantasme. Rappeler qu’ils existent pour de vrai et qu’il suffit parfois de pousser la porte pour rencontrer des talents incroyables. Alors oui, mes héroïnes cousent, polissent et inventent. Et elles gèrent également une entreprise.

Louise, Ethel et Caroline sont 3 héroïnes indépendantes, 3 copines qui forment un trio très attachant. Comment sont-elles nées ?

Elles étaient dans un coin de ma tête (où il y a déjà beaucoup de monde) après quand j’écris, des petites voix me murmurent des idées. Louise, Ethel et Caroline sont nées ainsi. De traits que j’aime chez mes proches et de ces petites voix. Je les voulais imparfaites dans leurs souhaits d’imperfection. Je crois que j’ai vu juste, mes lecteurs accrochant sur les « filles » de manière assez récurrente ! Et c’est une joie immense je peux vous le garantir.

« L’année du flamant rose » est une histoire d’amour… avec Paris. La ville est un personnage à part entière de votre roman. Que vous inspire-t-elle ?

Je dirais que Paris c’est chez moi. J’y suis née, j’en suis partie revenue, re-partie, revenue. J’ai un lien viscéral avec cette ville. On y entend les mouettes, les bruits de klaxons, les vélibs, les manifs… Il y a une lumière ici qu’on ne retrouve pas ailleurs. Depuis mon adolescence, je me balade, toujours à pieds, dans la capitale. Paris à ce pouvoir magique, pour qui sait regarder, d’être toujours surprenante. Mon premier roman s’y déroule, et j’aime à penser que les lecteurs vont pouvoir découvrir ou redécouvrir les univers et itinéraires de mes personnages. Tour est vrai, y compris les adresses de restaurants !

On dit souvent qu’on est ce qu’on lit. Et vous Anne, que lisez-vous ?

Je vais très honnête. Pendant le temps de l’écriture, je me suis coupée de la lecture. Terrible épreuve. J’avais peur d’être influencée par une phrase, une sensation et de perdre mon fil. Pour éviter ça, je suis retournée aux classiques. Avec Cyrano de Bergerac bien en haut sur la pile. J’ai relu de la poésie également, René Char en tête. Sinon, en ce moment, je suis en plein dans le dernier livre de Pierre Vavasseur « Un pas de danse » qui est d’une délicatesse incroyable.

Un mot de votre actualité 2017 : séances de dédicace ? Salons ? …

Je serai au printemps du livre de Montaigu les 8 et 9 Avril 2017. Je suis en train de réfléchir à faire des séances de lectures et des dédicaces chez mes libraires chouchous. Et puis j’ai très envie que mon flamant sortent à l’international, en anglais en priorité. L’histoire, les héroïnes, Paris, cette tendresse hors cliché a une vraie préhension à l’international.

* * * * * * * * *

Je remercie très chaleureusement Anne pour sa gentillesse et disponibilité.

Logo collibris

Bienvenue sur le blog de Collibris. N'hésitez pas à partager vos lectures sur l'application et les réseaux sociaux.
Bonnes lectures

Newsletter

Articles similaires

Sélection d’Halloween spéciale sorcellerie

Les mois défilent et nous sommes déjà fin octobre ! A quelques jours d’Halloween, on prépare notre pile à lire pour…

Lire plus
Interview Angélina Delcroix

Angélina Delcroix est l’auteure de Polars et a notamment été remarqué par la communauté Collibris avec ses derniers romans Ne…

Lire plus
Une nouvelle maison d’édition fait son entrée !

Une nouvelle maison d’édition fait son entrée dans le monde du livre, il s’agit de la Maison d’édition Drakkar !…

Lire plus