Interview responsable éditoriale des éditions charleston

Interview : Danaé Tourrand, éditrice aux éditions Charleston

Danaé est responsable éditoriale aux Editions Charleston. Nous avons eu l’opportunité de pouvoir l’interviewer sur son parcours, sur les livres qui l’ont marquée ainsi que sur la maison d’édition dans laquelle Danaé travaille : les Editions Charleston.

Interview de Danaé Tourrand 

Bonjour Danaé, vous êtes responsable éditoriale aux Editions Charleston. Pouvez-vous nous raconter l’histoire cette maison d’édition ?

Karine Bailly de Robien, qui dirige aujourd’hui le groupe Leduc auquel nous appartenons, a créé Les éditions Charleston en 2013. Son constat était alors que la « littérature féminine », qui est un genre littéraire à part entière – au même titre que le polar ou le roman historique – dans de nombreux pays, était très mal représentée en France. Beaucoup de maisons d’édition généralistes publiaient des romans qui appartenaient à cette ligne éditoriale, mais sans lui donner la place qu’il mérite. Nous avions donc envie d’offrir ses lettres de noblesse à ce genre littéraire et de devenir L’éditeur du féminin pour la France.

Logo Charleston

Aujourd’hui, l’équipe est composée de combien de personnes et quels sont leurs différents rôles au sein de la maison d’Edition ?

Nous appartenons au groupe Leduc qui comporte 30 personnes, mais au sein de ce groupe, nous sommes 5 à travailler plus particulièrement pour les Éditions Charleston. Une petite équipe composée d’une responsable éditoriale, d’une éditrice, d’une assistante d’édition, d’une responsable des relations presse et d’une responsable marketing. Beaucoup de femmes !

Les Editions Charleston sont « l’éditeur du féminin », pouvez-vous nous en dire plus ?

Notre ambition est de mettre les femmes et les voix féminines à l’honneur à travers chacune de nos publications. Ce qui ne signifie pas que nos auteurs sont forcément des femmes et encore moins que nos livres sont destinés uniquement aux lectrices, mais que les problématiques traditionnellement liées au féminin, telles que la famille, la transmission, le couple et les destins de femmes – femmes d’exception ou, au contraire, du quotidien – sont au cœur des textes que nous choisissons de publier.

Quels types de livres pouvons-nous retrouver dans vos éditions ?

Nous publions principalement une très grande variété de romans (grande saga, comédie, suspens, littérature blanche), mais aussi de la poésie, par exemple avec le recueil de la talentueuse poétesse Rupi Kaur : Lait et miel et quelques essais, comme Comment peut-on encore être une femme ? de l’humoriste britannique Caitlin Moran.

Quelle est la ligne éditoriale des Editions Charleston ?

Nous avons une grande liberté éditoriale et, comme je vous le disais, nous nous autorisons tous les genres littéraires, du moment que le texte correspond à la valeur de la maison de promouvoir le féminin. Pour expliquer notre ligne éditoriale, je prends souvent l’exemple d’un polar dans lequel le seul personnage féminin serait tué à la page 12, et tout le reste de l’intrigue serait composée par l’enquête menée par des personnages masculins… c’est exactement ce qu’on ne veut pas publier. On veut donner une voix aux femmes à travers nos romans, à tous types de femmes et en leur offrant tous les rôles, mais il faut un personnage féminin important.

 

Lorsque vous choisissez de travailler avec un écrivain, quels sont les critères essentiels lors de la première lecture du manuscrit ?

Il faut que le manuscrit nous emporte quelque part. Pour moi, la dimension romanesque est très importante : je cherche avant tout une histoire forte, une histoire qu’on ne peut pas lâcher de la première à la dernière page.

Si je suis emportée et que j’ai absolument besoin de savoir ce qui se passe à la fin, c’est très bon signe !

Une fois le manuscrit reçu, quelles sont les étapes suivantes pour le livre ?

Je suis la première à me plonger dans le manuscrit lorsqu’il arrive. Assez rapidement, je sais si le texte peut être pour nous ou pas. Si c’est le cas, si la thématique et le style m’intéressent particulièrement, je choisis quelqu’un à qui confier le manuscrit au sein de notre comité de lecture : nous ne sommes pas tous sensibles aux mêmes histoires et il faut trouver le bon lecteur ou la bonne lectrice pour chaque texte. Si le comité de lecture et moi-même sommes séduits, je prends contact avec l’auteur pour lui proposer un contrat d’édition et c’est après cette phase administrative que commence le travail éditorial. C’est une étape passionnante, on va reprendre le roman chapitre par chapitre, parfois même ligne par ligne, discuter ensemble de ce qui pourrait le rendre plus fort, plus émouvant ou plus efficace. Selon les textes et les auteurs, cette étape peut prendre un mois… ou six ! Ensuite, le texte est mis en page et corrigé. En parallèle, nous travaillons ensemble sur la couverture et le texte de 4e. Quand tous les éléments sont prêts, intérieur et extérieur, l’auteur relit tout une dernière fois pour donner son accord et les fichiers passent dans notre service fabrication qui vérifie que tout est à sa place avant de l’envoyer chez l’imprimeur. Environ 4 à 6 semaines plus tard : le roman imprimé arrive au bureau ! Ce qui est toujours un moment particulièrement émouvant.

 

Parlons un peu de vous… qu’est ce qui vous a amené à être éditrice ?

Comme beaucoup d’entre nous, je crois, j’ai toujours adoré la littérature. Je suis particulièrement sensible à cette capacité des livres à nous absorber complètement, à nous transporter au cœur d’une histoire qui n’est pas la nôtre et nous faire découvrir d’autres univers et émotions. Je trouve l’imagination dont font preuve les auteurs fascinante et c’est ce désir d’apporter aux lecteurs de nouvelles histoires, des moments de bonheur où plus rien d’autre n’existe, qui m’a donné envie d’être éditrice – et continue à me donner envie de faire mon travail tous les jours depuis !

 

Quel est le premier livre que vous avez édité ?

Je ne saurais plus dire exactement quel est le premier roman sur lequel j’ai travaillé, mais je me souviens très bien du premier que j’ai choisi : il s’agissait de Wash, de Margaret Wrinkle, publié aux éditions Belfond. A la lecture de ce manuscrit, j’ai été submergée par la double certitude que je n’avais jamais lu un tel roman et que je tenais entre les mains un texte très fort !

Wash, de Margaret Wrinkle
Quel est le livre qui vous a le plus marqué aux éditions Charleston ?

Nous avons tous été très marqués par le recueil de poèmes Lait et miel de Rupi Kaur. La poésie n’est pas notre genre de publication de prédilection, mais lorsque nous avons découvert ce recueil, nous avons été particulièrement touchées par ce qu’il disait sur les femmes d’aujourd’hui et la sensibilité de son autrice. C’est un texte incontournable et c’est une grande fierté d’être son éditeur français !

Lait et Miel - Rupi Kaur
Si vous étiez une héroïne d’un roman Charleston, qui seriez-vous ?

Ce qui est sûr, c’est que je ne pourrais jamais être Daisy Jones, l’héroïne de mon coup de coeur de juin : Daisy Jones& The Six de Taylor Jenkins Red : je chante beaucoup trop faux ! Mais j’aimerais croire que, comme elle, cette femme qui s’est battue pour transformer son destin, ne pas rester se contenter du rôle de muse auquel son physique et son environnement la prédestinait, pour devenir une véritable artiste et faire entendre sa voix, je serai capable de choisir mon propre destin !

Daisy Jones and the Six
Parlez-nous un peu des prochaines publications aux éditions Charleston ?

Je suis très excitée par plusieurs romans à paraître. A commencer par Des palmiers dans la neige de Luz Gabas en septembre. C’est un roman espagnol qui date de 2012 et n’avait jamais été publié en France alors qu’il s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires dans le reste du monde et qu’il est à l’origine d’un film espagnol primé (qui est d’ailleurs disponible sur Netflix). C’est un roman fascinant, qui nous transporte des Pyrénées d’aujourd’hui aux plantations de cacao de Guinée équatoriale en plein milieu des années 50, alors que l’empire colonial espagnol en Afrique vit ses dernières heures. Une histoire de secrets familiaux, de rédemption et d’amour, aussi. Un texte superbe, très riche, qui nous fait passer par toutes les émotions !

Des palmiers dans la neige

Merci à Danaé d’avoir pris le temps de répondre à nos questions et vous en dire un peu plus sur son métier d’éditrice. 

En ce moment, les éditions Charleston lance un appel à manuscrit pour le Prix du Livre Romantique 2020 !

L’équipe Collibris fait partie du jury de ce prix et aura la chance de pouvoir lire tous les manuscrits pré-sélectionnés.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur notre article dédié.

Logo collibris

Bienvenue sur le blog de Collibris. N'hésitez pas à partager vos lectures sur l'application et les réseaux sociaux.
Bonnes lectures

Newsletter

Articles similaires

Interview Lena Walker

L’auteure de la trilogie Beyond a accepté de répondre à nos questions sur celle-ci ainsi que sur son nouveau roman…

Lire plus
RÈGLEMENT DU CONCOURS DE JOIE COULENT MES LARMES – LENA WALKER

Article 1 : Société organisatrice RS TECHNOLOGIES 809 136 716 dont le siège social est situé au 33, avenue du…

Lire plus
[CONCOURS DE JOIE COULENT MES LARMES – LENA WALKER]

Lena Walker est auteure de la saga Beyond et de livres Feel Good. Après avoir travaillé dans le monde de…

Lire plus