interview alex daunel

Interview Alex Daunel

Interview Alex Daunel

Alex, pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Bonjour, merci pour votre invitation. J’ai 41 ans. J’ai passé mon enfance et mon adolescence entre La Rochelle, Poitiers et Angoulême. J’ai beaucoup voyagé dès le lycée en Australie, puis à San Francisco. Je me suis installée à Paris pour suivre des études de droit. Après encore quelques détours par New York et Tokyo, Paris m’a adoptée.

 

Votre premier roman est publié aux Editions Archipel lors de cette rentrée littéraire : comment vous est venue l’envie d’écrire ?

L’envie d’écrire m’est venue avec l’envie de lire, je crois. A l’adolescence, j’ai découvert Marcel Pagnol, François Sagan, les classiques du XIX, les romantiques. Je me suis mise à écrire des poèmes.

Étudiante en droit, je lisais et écrivais beaucoup, mais c’était un peu moins créatif !

Le roman s’est imposé à moi à la trentaine, sans que je le décide consciemment. Avec le recul, je repense aux paroles si justes de Daniel Pennac : « Tout récit tente de remettre le réel en ordre. Un ordre qui nous soit supportable ».

 

Pouvez-vous nous parler de votre roman, Les Indécis ?

Les Indécis, c’est l’histoire de Max, 33 ans, qui meurt dans un accident de voiture et se retrouve dans un au-delà où les morts se réincarnent en personnages de roman. Pour se faire, il leur faut choisir un genre littéraire afin d’inspirer un auteur.

Max se considère comme un piètre lecteur et ne peut se décider. En tant qu’indécis, il se voit assigner un guide, sa défunte professeure de lettres de troisième. Elle l’aider à retracer son parcours littéraire, et derrière celui-ci, son parcours de vie.

Cette histoire m’a été inspirée par ma fille qui petite, me demandait ce qu’il y avait après la mort. J’avais envie de lui montrer que chacun pouvait créer sa vision de l’au-delà. Et la littérature, c’est cette promesse d’ailleurs, ces récits qui nous permettent de nous relier aux émotions des autres. Parfois similaires. Parfois totalement étrangères. Sans oublier que tout auteur connait, il me semble, cette sensation étrange d’avoir un personnage qui prend le dessus sur les idées préconçues de son créateur. Le personnage dicte sa propre histoire. Pour Les Indécis, j’ai vraiment ressenti cela. Max avait son propre genre littéraire, différent du mien.

 

Et vous, quel genre littéraire êtes-vous ?

Je ne pense pas être la même lectrice aujourd’hui qu’à vingt ans. Les rares livres que j’ai relus m’ont souvent laissé un gout amer, une légère déception. Le souvenir de ces lectures était trop fort.

Pendant mes études, je lisais Milan Kundera, Paul Auster au moment où je découvrais le cinéma indépendant, les films de Krzystof Kieslowski, ceux de David Lynch. J’ai toujours été attirée par l’étrange, l’onirisme. Cela m’a doucement amené, plus récemment, vers les pionnières du thriller psychologique anglo-saxon comme Patricia Highsmith ou Daphné du Maurier.

Une constance dans mes lectures serait la littérature japonaise avec des auteures comme Aki Shimazaki dont j’apprécie la simplicité et la délicatesse, ou Yoko Ogawa pour son étrangeté poétique.

En résumé, je suis une éternelle indécise.

 

Quels sont les thèmes abordés dans votre roman ?

Les Indécis abordent plusieurs thèmes. Celui de la mort évidemment, mais aussi le rapport à la lecture. Le récit parcourt de nombreuses œuvres littéraires et de nombreux genres, mais il s’attache à ne pas les hiérarchiser. Et Les Indécis, comme son titre l’indique, pose la question de nos choix, comment ils nous construits et comment on peut s’en libérer.

 

Vous faites partie des 6 premières autrices de la nouvelle collection des Edition l’Archipel : Instants Suspendus. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette collection ?

C’est une nouvelle collection qui porte l’ambition de faire voyager par l’imaginaire les lectrices et lecteurs. Chaque auteure a sa personnalité et son univers, et l’apporte à la collection. Cela offre une diversité de regards, de styles et d’univers. Cet hétéroclisme a permis aux Indécis d’exister alors même que ce texte est, comme le dit si bien mon ancienne professeure de lettres (qui est ma première lectrice), « plaisamment inclassable ».

Interview Alex Daunel Les Indécis

LES INDÉCIS

UNE DÉCLARATION D’AMOUR AUX LIVRES QUI NOUS ONT FAIT GRANDIR ET RÊVER

« Je ne vous ai pas demandé qui vous étiez. Mais quoi. Quel genre littéraire ? »

Voilà comment Max, 33 ans, est accueilli dans un bâtiment froid et austère avant de comprendre qu’il vient de mourir dans un accident de voiture. Il n’est ni au Paradis, ni au Purgatoire, mais à l’Inspiratoire où les morts doivent choisir un genre littéraire afin d’inspirer un auteur sur terre. Ils sont ainsi réincarnés en personnages de roman.

Sous le choc de sa mort brutale, Max a plus de questions que de réponses. Il est, ce que l’on appelle, un « Indécis ». Pour le guider, il peut compter sur Mme Schmidt, sa défunte professeure de français.

Mais Max doit faire vite : il n’a que vingt-quatre heures pour prendre la plus importante décision… de sa seconde vie !

 

 

Interview Alex Daunel entre lecteurs
Quel est votre dernier coup de cœur ?

Jeune-vieille de Paul Fournel.

Votre dernière lecture dans la collection Instants Suspendus ?

« Quand les hasards sont des rendez-vous » de Magalie Discours.

Quelle est votre pause lecture idéale ? (lieu, boisson musique etc)

L’idéal de l’idéal, ce sont les vacances où je peux lire sans me soucier des horaires, des sollicitations de toute sorte.

Mais la plupart du temps, je me contente d’une tasse de thé et d’un coin tranquille.

***

Merci à Alex d’avoir pris le temps de répondre à cette interview pour les Collibris !

Logo collibris

Bienvenue sur le blog de Collibris. N'hésitez pas à partager vos lectures sur l'application et les réseaux sociaux.
Bonnes lectures

Newsletter

Articles similaires

Le calendrier de l’avent des lecteurs Collibris

Le calendrier de l’avent pour les lecteurs par Collibris 📚 On y est ! Le mois de décembre commence, c’est le…

Lire plus
Le Black Friday du Ptit Colli 2021

Le Black Friday du Ptit Colli fait son grand retour et s’annonce un peu différent cette année. En effet, cette…

Lire plus
La chaîne du livre et la répartition des revenus

Le sujet est épineux et obscur. Obscur parce que nombre de lecteurs avouent avoir peu de connaissances des mécanismes permettant…

Lire plus