Le Blog Collibris

Focus sur les livres de l’Avent Littéraire 2/4

La deuxième semaine de notre Avent Littéraire s’est achevée. A ce jour vous êtes près de 5000 à avoir tenter de remporter un livre par jour !

Que dire, si ce n’est un immense merci pour votre participation et votre enthousiasme ! Cela nous donne plein de belles idées pour de futurs concours où, bien évidemment, les livres seront à l’honneur. Après tout, que ferions-nous sans eux à nos côtés !

La semaine dernière, nous vous avons proposé des livres de tout horizon : littérature de jeunesse, recueil de poèmes, littérature de l’imaginaire, roman policier et même un dictionnaire un peu particulier !

* * * * * * * * * *

Lundi 7 décembre :

Revival, Stephen King, Albin Michel (octobre 2015)

REVIVAL_KING

.

Après une petite incursion dans l’univers du polar avec Mr Mercedes, Stephen King nous revient avec un genre qui lui a fait gagner ses lettres de noblesse et qu’on adore tant : le roman d’épouvante !

Dans une Amérique des fêtes foraines et des zones industrielles déprimantes, un Pasteur perd simultanément sa famille et la foi. Seule son obsession pour l’électricité demeure. Cette passion, il va la transmettre à un guitariste rongé par la drogue et par l’alcool. Ce dernier va alors découvrir que « le mot « Revival » a plus d’un sens et qu’il y a bien des façons de renaître ! »

Revival est un roman sombre et électrisant. C’est aussi un véritable hommage à Edgar Allan Poe, Nathaniel Hawthorne et Lovecraf. Il serait donc fort dommage de passer à côté !

* * * * * * * * * *

Mardi 8 décembre :

La piste noire, Ǻsa Larsson, Albin Michel (septembre 2015)

LA_PISTE_NOIRE_LARSSON

.

Le firmament nordique est décidément parsemé d’étoiles extrêmement brillantes !  Ǻsa Larsson est sans conteste l’une des plus éclatantes.

La piste noire, c’est une nouvelle enquête de notre avocate préférée Rebecka Martinsson. De retour dans sa ville natale, elle vient de décrocher un poste au bureau du procureur. Suite au meurtre glaçant d’une jeune femme, les policiers Anna-Maria Mella et Sven-Erik Stalnacke, découverts dans Le sang versé (Prix du Meilleur roman policier suédois 2012) font appel à elle.

Rebacka se lance alors sur une piste noire où le Mal se tient toujours à l’affût…

La piste noire révèle l’écriture et la sensibilité particulières de cette reine du polar. L’intrigue est complexe, le suspense saisissant, le rythme haletant. En toile de fond, les somptueuses contrées enneigées de Laponie.

Ce roman est un polar sombre, glaçant ; un puzzle psychologique qu’il faut recomposer pièce par pièce.

Avec La piste noire, Åsa Larsson confirme sa place d’étoile étincelante du polar scandinave !

* * * * * * * * * *

Mercredi 9 décembre :

Anya et Tigre Blanc, Fred Bernard et François Roca, Albin Michel Jeunesse (octobre 2015)

.

Dans cet album jeunesse merveilleusement illustré, Fred Bernard et François Roca nous entraînent au pays du Grand Blanc où Anya entend bien retrouver son frère disparu… et tous les autres enfants de la même génération.

Anya et Tigre Blanc est une histoire glaciale… nous sommes bien plus proches des univers de Perrault que de Walt Disney.

Un conte très viscéral, d’une très grand justesse narrative au graphisme à couper le souffle. Les peintures de François Roca sont magnifiques et inquiétantes à la fois. A leur vue, le froid et la peur s’insinueront dans vos veines…

Quelle réussite !

Anya et Tigre Blanc est un conte fabuleux, un album riche et majestueux. Une nouvelle fois, le duo Fred Bernard (aux histoires) – François Roca (aux peintures) fait merveille.

Il peut se lire à partir de 8 ans.

* * * * * * * * * *

Jeudi 10 décembre :

Décroissance, Giacomo D’Alisa, Federico Demaria et Giorgos Kallis, Le Passager Clandestin (novembre 2015)

DECROISSANCE72OK

.

Décroissance… voilà un terme mille fois entendus et aux ramifications plurielles et souvent très complexes. Pour beaucoup cependant, sa signification demeure incertaine.

Depuis sa première apparition, dans les années 1970, la décroissance est une notion qui s’est considérablement enrichie, au point de devenir aujourd’hui un enjeu de réflexion pour tous ceux qui en appellent à une transformation sociale radicale de nos sociétés.

A travers une soixantaine d’articles de fonds, Décroissance entreprend donc de définir les contours du concept afin d’en cerner les diverses sources intellectuelles.

Ce dictionnaire encyclopédique est une véritable boîte à outils ; une source d’inspiration indispensable dans le contexte actuel de la COP21.

D’ailleurs, loin de toucher uniquement aux enjeux écologiques et environnementaux, la décroissance étudie également le poids des logiques économiques et industrielles sur nos façons de vivre. Elle instruit donc une critique en règle de nos choix de société et de leur rapport à ce qu’elle nomme la « vie bonne ».

* * * * * * * * * *

Vendredi 11 décembre :

Les Voyageurs de l’AubeHenri Gougaud, Albin Michel (octobre 2015)

LES_VOYAGEURS_DE_L_AUBE

.

Laissez-vous envoûter par Les Voyageurs de l’Aube ; un conte fabuleux dont la lecture nous emplit de rires, de sagesse, de couleurs, d’enseignements, et d’espoir.

Grands ou petits, ce roman fascinant vous emmènera loin, dans le désert d’Egypte où un vieil ermite copte, une jeune femme enceinte, un moine orthodoxe, un joueur de luth arménien et un vagabond se tiennent compagnie dans leur quête d’une caravane mythique de Samarcande.

Leurs espoirs, leurs joies, leurs peurs, leurs tragédies… dessinent les arabesques de notre condition humaine.

« Le talent de conteur d’Henri Gougaud donne à cette fresque d’un Orient disparu le charme d’un rêve et la sagesse d’une fable où l’amour, le temps, la vie, la mort, la fraternité, la religion se répondent comme par enchantement. »

Une lecture magique qui charme et nous envoûte. Un roman-fable qu’il convient de lire à haute voix afin de faire rebondir chaque mot.

Les Voyageurs de l’Aube c’est surtout et avant tout une leçon de vie, de simplicité, d’espoir et de bonheur.

* * * * * * * * * *

Samedi 12 décembre :

DilutionMandin, Lanore (2015)

dilution

.

Dilution est un sublime recueil de poésie du poète Mandin.

La relation entre l’écriture et la lecture est à l’honneur ; une relation intime, passionnelle, de dilution…

L’écriture est symbolisée par le personnage du poète ; la lecture est quant à elle incarnée par celui d’une lectrice.

La prose est délicate, nettement influencée par Baudelaire dont la mélancolie et la tristesse attire la plume du poète.

« Mandin s’évade dans une réflexion poétique en forme d’idée philosophique, qui nous prend sur les ailes du poète, dans une belle et fluide poésie bien imagée de différents styles et de différentes émotions. »

Dimanche 13 décembre :

Le Sixième sommeil, Bernard Werber, Albin Michel (octobre 2015)

WERBER

.

Bernard Werber aborde dans son nouveau roman un thème passionnant et qui touche tout le monde : le sommeil.

Savez-vous que nous passons un tiers de notre vie dans les bras de Morphée ! C’est dire qu’il s’en passe des choses lorsqu’on dort. Le sommeil n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. En effet, celui-ci se découpe en cinq phases au cours desquelles le dormeur change d’état :

PHASE 1 : Assoupissement

PHASE 2 : Sommeil léger

PHASE 3 : Sommeil lent

PHASE 4 : Sommeil très profond

PHASE 5 : Sommeil paradoxal

PHASE 6 : Le sixième sommeil. Celui de tous les possibles.

Dans le sixième sommeil, il n’y a plus de passé, de présent et de futur. Dans le sixième sommeil, le voyage dans le temps devient possible. Le vrai thème du livre est donc celui-ci :

« Imaginez que vous puissiez revenir vingt ans en arrière et retrouver, en rêve, la personne que vous avez été plus jeune. Imaginez que vous ayez la possibilité de lui parler. Que lui diriez-vous? ».

Avec Le sixième sommeil, préparez-vous à embarquer dans une odyssée intime et émouvante à travers les méandres du temps ; là où tout devient possible.

* * * * * * * * * *

Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour parler d’autres livres, d’autres univers, d’autres auteurs.

C’est cela la magie du calendrier de l’Avent Littéraire : parler encore et toujours de ces livres qui bercent notre quotidien, qui nous font voyager, qui nous font nous questionner…