autumn-moments

Top 3 des livres cultes qui résistent au 7ème art !

Littérature et cinéma… un couple qui fonctionne à merveille !

Les professionnels estiment que sur dix films qui sortent aujourd’hui en France, quatre sont tirés de livres.

Parfois, un film obtient un tel succès qu’il en devient même plus célèbre que le texte original. C’est le cas de l’adaptation des « Oiseaux » par Alfred Hitchock inspirée, je vous le rappelle, de la nouvelle de Daphné Du Maurier.

De nos jours, l’adaptation littéraire est donc devenue une valeur sûre… peut-être même une valeur trop prédictive et même parfois usante.

Savez-vous par exemple que « Roméo et Juliette » a été adapté près de 80 fois !

Certes, on a parfois envie de voir les personnages exister mais souvent, on souhaiterait qu’une œuvre demeure dans notre imaginaire…

Et à mon plus grand bonheur, certains livres cultes ont résisté au raz de marée des adaptations cinématographiques !

Petit tour d’horizon de ces oeuvres qui n’ont pas encore été rattrapées par le septième art… ou plutôt que le septième art n’a pas encore réussi à dompter 😉

L’Attrape-coeurs de J.D. Salinger, 1951

l-attrape-coeurs
.

Roman d’apprentissage vendu à plus de 65 millions d’exemplaires, « L’attrape-coeurs » a été le livre de chevet de beaucoup d’adolescents, toute génération confondue.

« Mon rêve, c’est un livre qu’on n’arrive pas à lâcher et quand on l’a fini on voudrait que l’auteur soit un copain, un super-copain et on lui téléphonerait chaque fois qu’on en aurait envie. »

« L’attrape-coeurs » (1951) de Jerome David Salinger

Si ce livre culte n’a jamais été adapté au cinéma c’est parque que J.D Salinger lui-même le refusait catégoriquement. Les réalisateurs ont bien tenté de le convaincre (Steven Spielberg, Billy Wilder..), mais sans succès. Jusqu’à sa mort en 2010, il a donc refusé de vendre les droits de « L’Attrape-coeurs » estimant qu’il serait impossible de transposer la voix intérieure du personnage de Holden Caulfied au cinéma.

Pourtant, dans une lettre datant de 1957, il indiquait :

« Il est probable qu’un jour ces droits seront vendus : la possibilité que je meure pauvre est grande. Je pense donc très sérieusement à laisser ces droits à ma femme et ma fille comme une sorte de police d’assurance-décès. »

Une adaptation cinématographique est donc toujours possible. Mais elle n’aura pas lieu avant 2046, date à laquelle expirera le copyright de l’oeuvre….

« La Condition humaine » d’André Malraux, 1933

malraux-affiche-la-condition-humaine
.

Cette fois-ci ce n’est pas l’auteur qui ne souhaitait pas voir son oeuvre adaptée, ce sont les projets qui n’ont jamais abouti.

Le réalisateur américain Fred Zinneman s’y est essayé. Au bout de 3 ans de préparatifs, il annula la production une semaine avant le début du tournage.

D’autres comme Costa-Gavras ou encore Henri Verneuil ont exprimé leur intérêt pour cette oeuvre mais aucun projet d’adaptation ne s’est finalement concrétisé.

Un seul réalisateur n’a pas abandonné si facilement. Estimant que l’adaptation de « La Condition humaine » était le projet d’une vie, Michael Cimino présenta un premier scénario dans les années 1990. En 2001, il annonçait un casting de premier choix (John Malkovich, Alain Delon, Johnny Depp) mais le projet avorta.

Décédé en juillet 2016, le réalisateur n’accomplira pas son rêve d’adapter « La condition humaine » au cinéma.

Comme lui, d’autres s’y essaieront peut-être.

Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline, 1932

voyeo
.

Louis-Ferdinand Céline rêvait d’une adaptation cinématographique de son oeuvre, mais plus de 80 ans après sa première parution, elle n’a toujours pas été porté à l’écran.

Pourtant, nombreux sont les réalisateurs qui eurent des velléités d’adaptation (Pierre Chenal, Abel Gance, Claude Autant-Lara…). Après la mort de Céline, ces velléités devinrent plus véhémentes encore. Tout le monde voulait adapter l’oeuvre au grand écran : Claude Berri, Alain Corneau, Jean-Luc Godard…

Le réalisateur de « La Chambre des officiers » François Dupeyron montra aussi son intérêt avant d’abonner le projet en 2015.

Dernière tentative en date (très farfelue selon moi) : celle de l’auteur Yann Moix qui souhaitait transposer l’histoire de nos jours, sur fond de 11 septembre (sic).

Les essais d’adaptation se sont tous soldés par des échecs. Pourquoi ?

Les raisons tiennent aux controverses sur l’antisémitisme de l’auteur mais aussi au style de Céline ; un style poétique, très littéraire et pour lequel une adaptation ne lui rendrait pas hommage.

Une leçon à retenir 😉

 

Logo collibris

Bienvenue sur le blog de Collibris. N'hésitez pas à partager vos lectures sur l'application et les réseaux sociaux.
Bonnes lectures

Newsletter

Articles similaires

L’interview de Santiago Gamboa pour « Retourner dans l’obscure vallée »

Santiago Gamboa est un auteur colombien que je ne connaissais pas. Je l’ai découvert dans son nouveau livre « Retourner dans l’obscure vallée »…

Lire plus
L’interview de Karine Giebel pour « De Force »

« DE FORCE » (Pocket, 2017) est un thriller psychologique parfaitement mené, une pépite littéraire machiavélique qui ne vous laissera pas indemne. Si vous êtes un adepte…

Lire plus
Concours : Gagnez des exemplaires dédicacés de « De FORCE » de Karine Giebel !

Accrochez-vous ! Le thriller « DE FORCE » de Karine Giebel débarque en poche aux éditions Pocket le 14 septembre prochain ! Pour…

Lire plus