short-edition

Court mais bon avec Short Edition !

Il y a quelques semaines, Amélie et moi-même sommes parties dans les rues de Grenoble, direction l’ancienne chocolaterie Cémoi.

Remise au goût du jour, la chocolaterie abrite désormais une quarantaine d’entreprises… dont une qui n’en finit pas de faire parler d’elle.

Son coeur d’activité n’est pas le chocolat… bien que cela n’aurait pas déplu à nos papilles !

Il s’agit de quelque chose de bien plus savoureux.

Si je vous dis communauté, format court et technologie…

Si je vous dis Distributeur d’Histoires Courtes…

Si je vous dis Ford Coppola…

Vous me dites Short Edition bien sûr !

new-logo-jpeg-2015-04-08-11-02-23
.

Dès notre arrivée dans leurs locaux, toute l’équipe de Short Edition nous a accueilli très chaleureusement. On a même au eu droit à quelques confiseries made in Short Edition !

bonbons
.

Nous sommes d’ailleurs arrivées à point nommé puisqu’un de leur distributeur d’histoires courtes était en train d’être préparé, conditionné et prêt à partir pour Bordeaux.

distributeur
.

 

C’est court et il y en a pour tous les goûts !

 

Première plateforme littéraire communautaire dédiée aux formats courts, Short Edition est créée en 2011 par Christophe Sibieude, Isabelle Pleplé, Quentin Pleplé (ensuite rejoints par Sylvia Tempesta).

L’idée de départ était simple : « les modes de vie sont différents. Nous avons des écrans dans nos poches. Les temps de lecture longs se font rares. Il faut donc trouver des contenus courts adaptés aux nouveaux modes de vie et rentrant sur les écrans… pour de la lecture en mobilité digitale ». Indique Christophe Sibieude.

« On s’est dit que le meilleur moyen était de combiner une communauté, le format court et la technologie ».

Sauver la lecture en ouvrant l’écriture à tous… et en proposant des contenus courts adaptés aux nouveaux modes de vie et aux nouveaux petits écrans nomades, telle était la mission que s’était donnée Short Edition.

Et 5 ans plus tard, on peut dire avec certitude que le pari est réussi puisque 171 000 lecteurs et plus de 10 000 auteurs osent aimer les histoires courtes et se sont abonnés à la plateforme !

Ensemble, ils démontrent haut et fort que la littérature courte a toute sa place dans le paysage littéraire français !

En donnant une voix et une présence à la littérature courte, Short Edition aide ses auteurs et leurs œuvres courtes à se faire une place dans les goûts littéraires des lecteurs, des journalistes, des libraires (qu’ils soient ou non numériques)… et de tout le reste du monde.

L’enjeu : faire gagner la littérature courte et les nouveaux talents ! Et il faut bien l’avouer, tout ce qui se lit d’un trait, en moins de 20 minutes, peut être tout aussi savoureux qu’un bon petit plat ou qu’un bon verre de vin !

Une petite histoire pour patienter

 

borne
.

Une journée est remplie de moments d’attente, de ces minutes d’ennui pendant lesquelles on ne sait pas vraiment quoi faire… si ce n’est patienter.

Hôtels de ville, centres administratifs… autant de lieux publics dans lesquels il faut souvent prendre son mal en patience en même temps que son ticket !

Mais grâce à une superbe initiative de Short Edition, votre ticket n’aura plus la même saveur puisque la start-up grenobloise a lancé son distributeur d’histoires courtes, l’ami idéal pour combattre l’ennui.

Ce faiseur de miracle vous permet d’obtenir un ticket très livresque. Il vous suffit de sélectionner votre temps de lecture (une, trois ou cinq minutes) et le distributeur d’histoires imprime une micro-nouvelle.

Désormais, l’attente devient un vrai moment de plaisir et de découverte !

L’aventure incroyable des distributeurs d’histoires courtes

 

Histoire-courte
.

 

Les premières bornes ont été installées dans huit lieux publics grenoblois (bibliothèques, Hôtel de Ville, Office du tourisme, Maisons des Habitants…), avec le soutien de la Ville de Grenoble et du département de l’Isère.

Des entreprises et d’autres institutions ont elles aussi été séduites par cette très jolie invention :

« Total (accueil bureau), Butagaz (accueil bureau), les gares SNCF de Brest, Rennes, Quimper et Bordeaux, et Gare d’Austerlitz à Paris, à l’Aéroport de Lyon (espace d’embarquement), dans les magasins Gémo (au sein même des cabines d’essayage), dans la galerie commerciale Italie2, à l’Institut Curie, à la Cité des Sciences et de l’Industrie (prévu en juin)… » précise Christophe Sibieude.

Incessamment sous peu, vous pourrez également en trouver au Ministère de la Francophonie et dans les ambassades.

« Le distributeur d’histoires courtes a reçu un accueil incroyablement bienveillant et viral de la presse… D’ailleurs, nous avons eu autant d’articles aux Etats Unis qu’en France » indique Christophe Sibieude.

Les distributeurs d’histoires courtes semblent avoir de beaux jours devant eux.

Outre le fait de constituer un nouveau canal de diffusion pour les nouvelles publiées sur la plateforme Short Edition, ils participent à la promotion de la langue et de la culture française, dans des lieux où on ne les attendait pas. Plus encore, il s’agit d’une entrée ludique et gratuite à la lecture !

Ford Coppola veut sa borne !

 

tweet-coppola
.

Short Edition, avec ses 171 000 lecteurs, ses 10 000 auteurs mis en avant par la communauté, ses 9 millions d’œuvres lues et la mise en place de ses distributeurs d’histoires courtes qui génèrent entre 30 et 200 histoires par jour, attire tous les regards, et pas seulement ceux de la presse.

Le réalisateur, producteur et scénariste américain Francis Ford Coppola est lui aussi tombé sous le charme des distributeurs d’histoires courtes. L’un d’entre eux a d’ailleurs pris place au Cafe Zoetrope – le restaurant de Ford Coppola – à San Francisco.

Plus encore, Coppola a affirmé son intention de présenter la borne au maire de San Francisco et au gouverneur de Californie. Une aubaine pour Short Edition qui s’exporte pour la première fois à l’international.

Amateur de short stories, Ford Coppola réaffirme une nouvelle fois son amour pour les histoires qui se consomment d’une traite, comme un film.

Il n’est donc pas étonnant que le créateur de Zoetrope: All-Story, une revue consacrée aux short stories en 1997 adore le projet si innovant de Short Edition. N’allez donc pas croire que l’acquisition d’un distributeur d’histoires courtes par le réalisateur est un caprice de star !

« Coppola n’est pas une personnalité qui achète sur un coup de cœur car il a un côté people qui exige qu’il se comporte en acheteur de gadget mais c’est une personne qui depuis 25 ans, a une revue littéraire de short stories pour laquelle il obtient régulièrement des Awards (il en a eu un cette année). […] Il fait donc venir a San Francisco (considéré comme le lieu où se fait l’innovation numérique) un objet connecté (car la borne est connectée à la plateforme) et donc on est bien dans le nouveau champ que rend possible l’objet connecté. Ça nous fait donc doublement plaisir. » Indique Christophe Sibieude, et on peut le comprendre !

equipe-short-edition
.

L’équipe de Short Edition a de quoi être fière du travail accompli ! Elle a su inventer un nouveau modèle d’édition basée sur une communauté active de lecteurs et d’auteurs qui démontre, jour après jour, que la littérature courte peut être populaire en dépit du manque de reconnaissance qu’elle suscite en France.

L’émergence des distributeurs automatiques d’histoires courtes connectés à internet – ces bornes innovantes qui apprécient les temps de lecture, qui s’adaptent à nos nouveaux modes de vie et de communication – participent à ce beau projet qu’est la promotion de la lecture, sa gratuité, et donc son accessibilité par le plus grand nombre.

Et puis, il faut bien l’avouer, avec son aspect rétro, ses lumières et ses trois petits boutons, la borne exerce un véritable attrait, une forme de mystère qui pousse à l’action.

borne1
@Capture d’écran/France 3

 

Nous avons bien évidemment testé la borne. Une histoire pour un temps de lecture de cinq minutes nous a ainsi été délivrée.

Amélie et Emilie de Collibris
Amélie et Emilie de Collibris

 

Et oui, là est toute l’ingéniosité de Short Edition : que l’on veuille lire pendant une, trois ou cinq minutes, le choix est nôtre et chaque petit texte imprimé sur ce petit rouleau de papier (format ticket de caisse allongé) est une véritable surprise !

borne
@Capture d’écran/France 3

 

N’est-ce pas finalement cela qu’on attend d’un moment de lecture : du plaisir, de l’envie, de la surprise et surtout la promesse qu’on lira l’histoire jusqu’à son point final !

En tant que fervents défenseurs de la lecture sous toutes ses formes et de cette formidable langue française dont nous avons héritée, les Collibris que nous sommes ne peuvent qu’admirer le parcours de Short Edition.

A présent, une unique question demeure : à quand un prix Goncourt du court ?

 

Logo collibris

Bienvenue sur le blog de Collibris. N'hésitez pas à partager vos lectures sur l'application et les réseaux sociaux.
Bonnes lectures

Newsletter

Articles similaires

L’interview de Santiago Gamboa pour « Retourner dans l’obscure vallée »

Santiago Gamboa est un auteur colombien que je ne connaissais pas. Je l’ai découvert dans son nouveau livre « Retourner dans l’obscure vallée »…

Lire plus
L’interview de Karine Giebel pour « De Force »

« DE FORCE » (Pocket, 2017) est un thriller psychologique parfaitement mené, une pépite littéraire machiavélique qui ne vous laissera pas indemne. Si vous êtes un adepte…

Lire plus
Concours : Gagnez des exemplaires dédicacés de « De FORCE » de Karine Giebel !

Accrochez-vous ! Le thriller « DE FORCE » de Karine Giebel débarque en poche aux éditions Pocket le 14 septembre prochain ! Pour…

Lire plus